Publié dans Société

Des aliments à base d’insectes dans les supermarchés suisses

© reuters.

Les premiers produits à base d’insectes destinés à l’alimentation humaine seront disponibles dans les rayons de plusieurs supermarchés dès la semaine prochaine en Suisse, après la révision de la loi sur les denrées alimentaires.

Il s’agit d’un burger aux insectes, fabriqué avec des vers de farine, du riz, des légumes et des épices, ainsi que des boulettes d’insectes, toujours à base de vers de farine.

Ces produits seront disponibles dans les rayons de la chaîne de supermarchés Coop, à partir du 21 août prochain, selon un communiqué publié lundi par Coop.

Selon une porte-parole de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, la Suisse est le premier pays en Europe à avoir autorisé la consommation d’insectes en tant que denrée alimentaire. La loi suisse autorise en effet depuis le 1er mai dernier la consommation humaine de trois espèces d’insectes, soit les grillons, les sauterelles ou criquets migrateurs et les vers de farine.

Ces insectes, à l’origine destinés aux animaux, doivent être issus de la quatrième génération pour être considérés comme comestibles par l’homme, selon la loi suisse. La production locale ne pourra donc être disponible qu’à partir de l’automne prochain.

D’ici là, il reste la solution de l’importation, soumise à des conditions strictes : les insectes doivent provenir d’une entreprise contrôlée par les autorités alimentaires du pays d’exportation et celle-ci doit aussi respecter la législation suisse sur les denrées alimentaires.

Aucune indication n’a été donnée quant aux pays d’origine de ces insectes importés.

Source: Belga

Publié dans Politique

La droite demande à Fillon de rendre le reste de la cagnotte de campagne

© photo news.

Le parti français de droite Les Républicains a lancé dimanche un appel du pied à son candidat malheureux à l’élection présidentielle, François Fillon, pour que son micro-parti lui rende trois millions d’euros non utilisés pendant sa campagne.

« Je pense effectivement que les financements qui ont été liés à la campagne des présidentielles par une primaire qui a été portée par le parti Les Républicains doivent revenir au parti LR », a déclaré le chef de file des députés du parti de droite Christian Jacob, sur la chaîne BFMTV. « Je pense que cela serait sain ».

Plombé par un retentissant scandale d’emplois fictifs présumés accordés à sa famille et payés sur les deniers publics, le candidat conservateur François Fillon a été éliminé au premier tour de la présidentielle, alors qu’il était parti favori de la course au terme d’un quinquennat socialiste très impopulaire.

Il a été inculpé en mars pour « détournement de fonds publics » et « recel d’abus de biens sociaux ».

La campagne présidentielle de l’ex-Premier ministre a été financée par près de 10 millions d’euros de bénéfices issus du vote de la primaire (2 euros par tour) ayant désigné M. Fillon, ainsi que par des dons encaissés par Force Républicaine, le micro-parti fondé par François Fillon.

Publié dans Histoire

Février 1956: un objet non identifié sur le radar de l’aéroport d’Orly

Dans la nuit du 17 au 18 février 1956, à 22:50 heures très précisément, apparaissait sur le radar de l’aéroport d’Orly en région parisienne un écho correspondant à un objet d’une taille bien supérieure à celle des plus gros avions de cette époque puisqu’elle était de l’ordre du double. Aucun avion n’était supposé se trouver là à cette heure précise.

Ça fait déjà deux choses qui sont anormales. Mais ça ne s’arrête pas à ces constatations. L’évolution de l’objet inconnu était très déroutante aux yeux des aiguilleurs du ciel en poste ce jour. En effet, la vitesse de l’écho radar capté était estimée à 2500 km/h. Mais la vitesse pouvait varier de l’immobilité totale à une vitesse de 2500 km/h en quelques secondes. Aucun avion connu ne pouvait réaliser de telles prouesses de vol.

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/images/101817/40/1018174066.jpg

L’observation

Tout le monde se souvient encore de cet hiver 56 qui fut terriblement froid. Cette nuit là, la météo était claire, sans nuage et sans averse. On pouvait donc difficilement mettre cette apparition sur le dos d’un phénomène météo quelconque. C’est alors qu’un second objet fut détecté sur les radars de la tour de contrôle. Mais celui-ci était parfaitement identifié puisqu’il s’agissait d’un DC-3 d’Air-France en provenance de Londres avec ses passagers. L’objet non identifié se trouvait alors stationnaire. Il se met subitement à se déplacer à une très grande vitesse, fonçant droit vers le DC-3. Les contrôleurs pensent immédiatement au risque possible d’une collision en vol et ils contactent sans attendre le poste de pilotage du Douglas pour l’en informer.

Le pilote répond à l’appel de la Tour de Contrôle d’Orly en indiquant qu’il perçoit une lumière rouge clignotante fonçant droit vers lui. Il réussit à communiquer les coordonnées de l’objet qui se trouvait alors à la verticale des Mureaux. Ces coordonnées étaient parfaitement en phase avec les observations effectuées sur les radars. Le pilote de l’appareil effectue une manœuvre pour éviter de justesse la collision. Il déclare ensuite que l’objet lumineux avait disparu de son champ de vision.

Les radars ne l’ont pourtant pas perdu et le repèrent du côté du Bourget. Le co-pilote du DC-3 regarde dans la direction indiquée et aperçoit effectivement la mystérieuse lumière rouge. Mais pas seulement une lumière…

L’objet lui-même est observé distinctement par le co-pilote de l’avion. Il est sombre et gigantesque. L’observation est réalisée pendant au moins trente secondes avant que l’objet ne disparaisse subitement. Le co-pilote n’est pas le seul à l’avoir vu, son pilote l’ayant observé lui aussi.

Le cauchemar

On pourrait penser que l’affaire se termine là mais en réalité elle ne faisait que commencer et elle transforma la nuit des aiguilleurs du ciel en véritable cauchemar.

En effet, l’apparition inconnue se manifesta de nouveau pendant environ trois heures. Plusieurs autres équipages aperçurent également la lumière rouge clignotante et certains ont vu l’objet. Plusieurs affirment que l’appareil ne portait aucune des lumières de navigation réglementaires.

L’objet non identifié se déplaçait autour des avions en atterrissage ou en décollage à des vitesses vertigineuses. Beaucoup de pilotes furent effrayés et ce n’est que leur expérience de vol qui évita des accidents pouvant aller jusqu’au crash d’un avion transportant des passagers.

L’enquête

Certains détails supplémentaires ont été apportés au cours de l’enquête.

a) l’objet semblait « connaitre » la position des radio-balises car il se déplaçait souvent de l’une à l’autre à des vitesses folles pouvant atteindre 3600 km/h.

b) l’objet semblait « connaitre » les limites du radar. En effet, quand aucun avion régulier n’était sur le radar, la lumière mystérieuse sortait du champ couvert par le radar. Elle en sortait par le haut. Et elle revenait aussitôt qu’un avion pénétrait dans le champ du radar pour foncer sur lui.

c) A un moment, les opérateurs d’Orly appelèrent leurs homologues du Bourget pour leur demander s’il voyaient la même chose sur leurs radars. Aussitôt, le radar d’Orly fut brouillé par une étrange interférence qui poussa les opérateurs à modifier leur fréquence. Mais au bout de quelques secondes les interférences puissantes apparaissent sur la nouvelle fréquence. Tout se passait comme si l’objet avait intercepté et décodé la communication entre Orly et Le Bourget, avait compris le changement de fréquence et avait lui même changé sa fréquence de brouillage. Quant aux opérateurs du Bourget il ne pouvaient avoir vu la chose sur leurs écrans radar car le leur était en panne ce jour là.

Les scientifiques avaient en main tous les éléments nécessaires pour mener une véritable enquête. Mais l’enquêteur de l’Observatoire de Paris s’est contenté de résoudre l’affaire avec l’argument passe-partout bien connu pour un tel cas : le ballon météo !

Un ballon sonde peut-il réellement se déplacer à près de trois fois la vitesse du son ? Un ballon sonde peut-il suivre des avions de ligne, brouiller des radars, et être plus volumineux que tous les appareils existants ?

L’émission Affaires sensibles revient sur cette apparition et c’est par que ça se passe…
Publié dans Techno

Tous pistés

Les possesseurs d’un smartphone Android (le système d’exploitation de Google) ne le savent peut-être pas, mais leur téléphone est un vrai mouchard. A travers l’option « Location history », le GPS du mobile enregistre absolument tous les déplacements (et leur mode de transport) au jour le jour. Aussi, si vous souhaitez savoir ce que vous faisiez il y a tout pile un an, c’est possible l’auteur de ces lignes réalise ainsi qu’il revenait d’un agréable week-end à Amsterdam. Branché par défaut, le système se désactive sur ce lien.

https://i0.wp.com/images.telerama.fr/medias/2017/06/media_159992/google-arrete-de-lire-vos-mails-mais-continue-a-faire-tant-d-autres-choses,M465525.JPG

Publié dans Société

Offre d’emploi: Parents cherchent nounou pour garder enfants dans maison hantée

© thinkstock.

L’annonce aurait pu passer inaperçue si elle ne comportait pas un détail particulier.

Un couple a publié une petite annonce sur un site britannique afin de trouver la perle rare pour s’occuper de ses deux enfants de 5 et 7 ans. « Nous avons une belle et spacieuse propriété à la frontière de l’Ecosse avec une vue spectaculaire. » Le job est plutôt classique: la nounou devra s’occuper du petit-déjeuner, préparer les enfants pour l’école, les aider une fois rentrés. Il faudra également les mettre au lit. « À certaines occasions, parfois jusqu’à quatre nuits par semaine, nous serons absents et vous serez seule avec les enfants. » La nounou aura donc une chambre dans la maison, une salle de bain et sa petite cuisine privée. Les détails financiers sont plus qu’attractifs: 50.000 dollars par an et 28 jours de congé (en plus des jours fériés).

La personne qui acceptera le travail devra accepter de cohabiter avec des fantômes. La maison est dite « hantée » selon les parents qui y vivent depuis dix ans. « Cinq nounous ont quitté leur job l’année passée, chacune nous parlant d’incidents surnaturels survenus dans la maison. » Bruits étranges, verre brisé, meubles qui bougent et on en passe. « Cela a évidemment été une période de grands bouleversements pour nos enfants », regrette le couple qui dit n’avoir jamais été témoin d’un événement étrange. « Ils sont toujours arrivés quand nous étions absents. » Leurs parents espèrent trouver une nounou « aussi à l’aise que possible » dans leur demeure habitée par des esprits. Pour motiver les candidates, ils rappellent qu’ils paient un salaire plus élevé que la moyenne pour le job.

Source

Publié dans Politique, Société

Donald Trump annule l’accord avec Cuba

Donald Trump a annulé l’accord passé avec Cuba sous l’administration Obama et en a profité pour dénoncer la « brutalité » du régime castriste. © afp.

Donald Trump s’est engagé vendredi depuis la Floride à redéfinir en profondeur le rapprochement avec Cuba, lancé fin 2014 par son prédécesseur Barack Obama après plus d’un demi-siècle de tensions, dénonçant avec force le régime « brutal » au pouvoir à La Havane.

Promettant, depuis le quartier de Little Havana à Miami, « un meilleur accord pour les Cubains et pour les Etats-Unis », le président américain a annoncé la limitation des transactions avec les entités contrôlées par l’armée cubaine, omniprésentes dans le secteur du tourisme, et une application plus stricte des restrictions sur les voyages vers l’île communiste.

Au-delà des quelques mesures techniques annoncées, son discours marque une rupture symbolique dans un processus de rapprochement qui s’était matérialisé par la visite historique de Barack Obama à La Havane en mars 2016. Défendant l’amélioration des relations entre les deux pays, figées depuis la révolution castriste de 1959, ce dernier avait évoqué l’enterrement du « dernier vestige de la Guerre froide dans les Amériques ».

Si Donald Trump a promis, dans une formule visant d’abord à galvaniser son auditoire, d' »annuler » un accord qu’il juge « déséquilibré », le président républicain n’a pas, loin s’en faut, effacé d’un trait de plume toutes les initiatives de l’administration précédente: le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux anciens pays ennemis n’est aucunement remis en cause.

Les assouplissements de l’administration Obama « n’aident pas les Cubains, elles ne font qu’enrichir le régime », a-t-il martelé, promettant que l’évolution des relations avec Cuba dépendrait désormais des « réels progrès », de « changements concrets » en termes de libertés politiques et de respect des droits de l’homme.

« Maintenant que je suis président, l’Amérique va dénoncer les crimes du régime Castro (…) Nous savons ce qui se passe et nous nous souvenons de ce qui s’est passé », a-t-il ajouté, appelant à la libération de tous les prisonniers politiques détenus sur l’île communiste.

Il est difficile de mesurer a priori l’impact exact de la restriction des déplacements sur le secteur touristique cubain, en plein boom, mais l’annonce devrait marquer un tournant. Près de 300.000 Américains se sont rendus sur l’île au cours des cinq premiers mois de 2017, soit un bond de 145% sur un an. En 2016, Cuba avait accueilli 284.937 visiteurs des Etats-Unis, 74% de plus qu’en 2015.

La chambre de commerce américaine a vivement dénoncé l’initiative, jugeant que les annonces présidentielles « limitaient les possibilités de changements positifs sur l’île » et risquaient « de laisser la place à d’autres pays » qui ne partagent pas les valeurs de l’Amérique.

Source