Publié dans Musique

Je ne mâche pas mes mots

Publicités
Publié dans Histoire

Le Moyen Age – Documentaire histoire France

Un documentaire passionnant sur la vie dans le Forez  au moyen-âge…

Docteur ès lettres, ingénieur au CNRS, élève de Marc Bloch et de Lucien Febvre, la médiéviste Marguerite Gonon fut de l’école des Annales, pour qui l’histoire est celle des gens du peuple et des jours ordinaires. Ses travaux d’historienne ont pour cadre la province de son Forez natal. Dans ce film elle nous entraîne dans la nuit magique des monastères bénédictins, sur les traces de ceux qui ont défriché la terre, creusé les étangs, bâti les chapelles romanes. Elle nous livre une mine d’informations sur la vie quotidienne, les moeurs, les relations sociales, découvertes qui remettent en question la vision simpliste que nous avions de la société médiévale. Lorsqu’elle descend au fond des cryptes romanes, sa connaissance de l’histoire s’efface devant l’émotion que suscite en elle la mémoire de cette époque où le sacré maintenait les êtres dans la communauté.

Publié dans Société

MS-13: le gang le plus cruel du monde

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/images/103313/10/1033131072.jpg

La Mara Salvatrucha (nom abrégé: MS-13) est l’un des gangs criminels les plus violents et dangereux du monde.

Même s’il ne tire pas des revenus aussi élevés que d’autres syndicats criminels, la majeure partie du continent américain connaît sa très mauvaise réputation. Car l’objectif principal des membres du gang consiste à inspirer la peur à tous ceux qui croisent leur chemin.

A l’heure actuelle, ce gang existe dans 42 États américains et dans plusieurs pays d’Amérique latine. Selon différentes informations, il compte entre 70.000 et 100.000 membres, dont la principale source de revenus est le trafic de stupéfiants en provenance du Mexique.

Le gang est connu pour sa cruauté: la machette est l’arme favorite (mais loin d’être la seule) des membres du groupe criminel. Certaines victimes se font couper la tête ou les parties génitales avant d’être jetés aux chiens. Les corps de nombreuses victimes présentent les traces de 13 coups de couteaux, signature des criminels de la Mara Salvatrucha pour laisser un message à tous qui oserait barrer la route à l’organisation. Le nombre 13 fait référence à la bande «Los Emes» ou «The Ms» où M — 13e lettre de l’alphabet latin — signifie Mara — «gang». Mara Salvatrucha pourrait être traduit de l’argot comme le «gang des fourmis gardiennes du Salvador».

Hormis les assassinats et le trafic de drogues, le gang pratique le trafic d’êtres humains, la prostitution et le racket. L’un des crimes les plus retentissants commis par les membres du MS-13 fut le viol de deux adolescentes handicapées dans une banlieue de Boston en 2002. L’une d’elles se déplaçait en fauteuil roulant à cause d’une paralysie cérébrale, et son amie était malentendante. Le gang était furieux parce que quelques jours plus tôt, le père de l’une des filles avait eu une altercation avec des membres de la Mara.

En 2010, Rene Mejia, membre de l’organisation, a été condamné à la peine capitale pour l’assassinat d’une femme et de sa fille de 2 ans.

La MS-13 traite très sévèrement les informateurs présents dans ses rangs. «Tu caftes, tu meurs», stipule l’une des règles de la bande. Cette règle ne connaît pas d’exceptions. Brenda Paz, qui avait tenté de mettre un terme à son passé criminel et rapportait des informations au FBI, a été tuée par son propre compagnon alors qu’elle était enceinte de lui.

Le gang se montre cruel en tout. Le rituel d’initiation consiste à se faire tabasser par les autres membres du groupe pendant 13 secondes. Après cela, l’initié doit accomplir sa première mission: se battre, voler ou tuer quelqu’un. La Mara Salvatrucha recrute très tôt: des enfants de 8 ans sont déjà membres du gang.

La MS-13 ne possède pas de leader ou de structure précise: elle est constituée de cellules disparates réunies sous la même «étiquette». La devise des membres du gang peut être traduite de l’espagnol comme «Tue. Viole. Contrôle.».

Les membres de la Mara Salvatrucha ne cherchent pas à cacher leur appartenance au gang — ils sont faciles à reconnaître par leurs tatouages aux couleurs du syndicat. La chemise à carreaux bleus et blancs est également considérée comme un attribut du gang.

Ce sont des réfugiés du Salvador ayant quitté leur pays déchiré par la guerre civile (1979-1992) qui ont formé le gang. De nombreux habitants du pays, notamment ceux qui faisaient partie de la guérilla de gauche, ont dû partir par crainte de subir les persécutions des «escadrons de la mort» anticommunistes.

https://i2.wp.com/dailysignal.com/wp-content/uploads/170420_MS_13edit-1250x650.jpg

Les réfugiés ne pouvaient pas se permettre d’avoir un travail légal et bien rémunéré et d’autres groupes ethniques dominaient déjà le milieu criminel. Mais aucun d’entre eux n’avait ce qu’avaient les hommes à l’origine de Mara Salvatrucha: ces derniers avaient vu la vraie guerre. Ce que les fondateurs de la MS-13 avaient vécu dans leur pays leur permettait de tuer des gens de sang-froid et très cruellement.

Quand le gouvernement américain s’est mis à déporter les membres du gang au Salvador, cela n’a été que bénéfique pour la MS-13: les mafieux déportés se sont mis à chercher de nouvelles recrues, ce qui a permis d’élargir le réseau.

Pour comprendre l’ampleur de l’activité du gang, il suffit de rappeler qu’en juillet dernier Donald Trump a proclamé parmi les objectifs de son administration de «désarmer, d’éliminer et d’éradiquer la MS-13». Dans le même discours le président a appelé la police à ne pas être «trop souple» avec les criminels. «Ils sont les mêmes, voire pires qu’Al-Qaïda», a déclaré Donald Trump.

Hormis les lettres traditionnelles symbolisant Mara Salvatrucha, les membres du gang se font souvent tatouer trois points formant un triangle. Chaque point symbolise l’endroit où pourrait se terminer leur vie: l’hôpital, la prison et le cimetière.

Source