à la Une
Publié dans Economie

Ils détruisent sciemment votre retraite, vos assurances vie, votre épargne et votre protection sociale (B. Bertez)

« Tous les systèmes de prévoyance, toutes les prévoyances en général, sont affectés par la politique suicidaire qui est menée par les gouvernements et les Banques Centrales. Cette politique se définit abstraitement, théoriquement, comme une politique qui vise à détruire la pénalité que l’on inflige au futur par le biais des taux d’intérêt, ou, présentée à l’inverse, c’est une politique qui oblige à donner la préférence au présent au détriment de l’avenir.

Expliquons-nous. Quand vous avez de l’argent, vous avez le choix entre le dépenser tout de suite et attendre. Si vous attendez et mettez cet argent dans le pool national de l’épargne, cet argent peut servir à financer des investissements qui vont accroître la prospérité future, donc à accroitre les richesses disponibles. Comme vous avez sacrifié votre plaisir, votre consommation immédiate, vous être dédommagé par une partie de ce surcroît de richesses futures. Vous touchez une rémunération qui peut s’appeler un intérêt ou un dividende, selon que vous avez prêté votre argent ou que vous avez acheté des actions. Plus votre rémunération future est forte et plus vous allez être tenté de différer votre consommation immédiate, l’attrait de l’épargne augmente quand sa rémunération augmente. A l’inverse, si on vous met les taux d’intérêt à zéro, vous n’avez aucun intérêt à différer votre consommation, vous êtes découragé à épargner. Les taux zéro augmentent la préférence pour le présent en détruisant l’attrait d’une rémunération future.

Les taux zéro détruisent le fond d’épargne d’un pays. On démontre qu’ils détruisent aussi l’investissement productif  et favorisent une utilisation gaspilleuse des capitaux. Nous y reviendrons un jour.

Votre retraite, vos assurances-vie, votre prévoyance en général, constituent une épargne, que l’on vous prélève et qui, à ce titre, réduit votre consommation immédiate. En contrepartie de ce prélèvement, votre institution de prévoyance place les fonds correspondants et en attend une rémunération qui correspond au dédommagement que vous avez subi en différant votre consommation. Si les taux d’intérêt sont à zéro, les dédommagements sont nuls. Vous épargnez en fait à perte, car il ne faut pas oublier que les caisses, quelles qu’elles soient, ont de gros frais, de très gros frais de fonctionnement. Donc, la masse qui leur est confiée est amputée à la fois :

  • de la dérive des prix, et il y a toujours dérive des prix, même si les indices disent le contraire.
  • à la fois des frais de gestion de vos caisses et en plus.
  • car, c’est souvent le cas, des erreurs de gestion de ces caisses.

La masse que vous leur confiez se réduit comme peau de chagrin ! Les retraites et mensualités que l’on vous verse quand vous y avez droit sont calculées en tenant compte d’une rentabilité des placements de la Caisse. On fait les calculs mathématiques comme si la masse rapportait quelque chose, souvent on impute des taux, on espère des taux de 3 à 5%. Mais si, en réalité, il n’y a pas de rendement réel, alors la caisse distribue de l’argent fictif. Elle s’appauvrit et mange son fond de réserve.  Et alors on vous dit : c’est la pyramide des âges, vous vivez trop vieux. C’est ce qui se passe dans la plupart des pays. Alors on fait cotiser plus, on baisse les retraites en vous faisant croire que c’est de votre faute.

En fait, par les taux zéro, les Banques Centrales et l’Etat confisquent une partie de votre prévoyance. Au profit de qui ? Pas de l’économie réelle, pas de l’emploi, car il n’y a pas d’investissements, non, au profit des usuriers, c’est à dire des créanciers qui ont prêté des capitaux aux gouvernements et des gros emprunteurs, les Très Grandes Banques, les très Grosses Entreprises qui se financent avec votre argent gratuit sans vous dédommager. Et dont les dirigeants se versent des salaires par millions ou dizaines de millions.

Lisez le texte ci-dessous, il explique la même chose que nous, mais en anglais et sur la base d’un exemple allemand.  Nous le disons tout de suite, c’est pire ailleurs ».

Lire la fin de l’article sur Le blog à Lupus

Publié dans Techno

Licence Windows 10 familiale

Saviez-vous, chers lecteurs, qu’un changement de carte mère invalide une licence Windows 10 en édition familiale ?

licence-win10

A ce moment-là il faudra faire appel aux services téléphoniques de Microsoft pour réactiver la licence…

Extrait sur le portail Microsoft… « Si la configuration matérielle de votre appareil Windows 10 change de façon significative (par exemple changement de carte mère) Windows pourra nécessiter une réactivation sur l’appareil. Il s’agit de la même procédure sur les versions antérieures de Windows (Windows 7 et Windows 8.1). L’offre de mise à niveau gratuite ne s’applique pas à l’activation de Windows 10 dans de tels scénarios où des modifications matérielles réinitialisent l’Activation. »

 

 

Publié dans Société

L’opinion d’Edward Snowden redonne espoir

https://timepoy.files.wordpress.com/2013/12/p2-1.jpg?w=260

Il y a deux ans, Snowden publiait aux yeux du monde un tombereau de preuves écrasantes que la NSA, la principale agence d’espionnage US, était aussi affairée à espionner les Américains que les pays étrangers et ses citoyens, piétinant beaucoup de libertés constitutionnelles, civiles et personnelles. Pour ce qui le concerne et ses efforts de lanceur d’alerte, il était forcé de s’exiler en Russie pour éviter une longue peine de prison aux Etats-Unis.

Voici de sa propre bouche une récente évaluation des progrès faits depuis. Qui mieux que lui peut porter un jugement sur ce qui se passe maintenant depuis le début de ses révélations. Laissons-le parler :

« Au plan privé, il y a eu des moments où j’ai cru que ma vie semblait prendre un tournant où tous mes privilèges devenaient risqués pour rien. Que le public réagirait avec indifférence ou cynisme aux révélations. Je n’ai jamais été aussi reconnaissant d’avoir eu tort à ce point. Deux ans plus tard, la différence est profonde. Au cours d’un seul mois, le programme de surveillance des appels a été déclaré illégal par les tribunaux et désavoué par le Congrès. Après qu’une étude approfondie de la Maison Blanche a prouvé que ce programme de la NSA n’a pas permis de déjouer une seule attaque terroriste, même le Président qui jadis le défendait et critiquait sa révélation au public a ordonné qu’il soit abandonné. Ceci montre la puissance d’un public informé. En ce début de millénaire, peu auraient imaginé que les citoyens des démocraties avancées devraient défendre le concept de société ouverte contre leurs propres dirigeants. Pourtant, l’équilibre de puissance est en train de s’inverser. Nous assistons à l’émergence d’une génération de l’après-terreur, une génération qui rejette le point de vue d’un monde défini par une seule tragédie. Pour la première fois depuis les attaques du 11 Septembre 2001 nous voyons se profiler une politique qui s’éloigne de la réaction et de la peur en faveur de la résistance et de la raison. Avec chaque décision des tribunaux, avec chaque changement des lois, nous démontrons que les faits avérés sont plus convaincants que la peur. En tant que société, nous redécouvrons que la valeur d’un droit n’est pas dans ce qu’il cache, mais dans ce qu’il protège »

Ce message de Snowden est de nature à redonner espoir, même s’il reste encore beaucoup à faire. Il souligne clairement qu’une société informée est apte à changer les choses, à lutter contre les abus des dominants, et remettre en place des lois qui libèrent des entraves.

Faut-il redire que le combat de Snowden porte des similitudes avec les efforts de la Grèce avec Syriza, de l’Espagne avec Podemos, de l’Italie avec le Mouvement 5 Étoiles de Beppe Grillo, et de bien d’autres. De la même façon, les organisations financières non bancaires comme les fonds de retraite, les compagnies d’assurance et certains fonds mutuels, en exigeant des taux d’intérêts longs qui reviennent très rapidement à des moyennes historiques de 4% (partis de près de zéro il y a moins de deux mois), forcent la ploutocratie financière des banques centrales et des financiers internationaux à mettre fin à leur emprise par la dette. Si vous n’êtes pas versé en finances, peut-être ne voyez vous pas que ce processus historique salvateur pour nos libertés est maintenant engagé depuis le printemps 2015. C’est par la finance que nous sommes asservis, par la dette souveraine et le crédit démesuré personnel, par la surconsommation, autant agréable que faite pour nous asservir encore plus.

En dépit de tout, les Peuples ont conscience d’être souverains, ont conscience de la démocratie, et il reste encore assez de votants responsables pour forcer les politiciens, complices et veules, à changer. Comprenant qu’ils perdent pied et qu’ils perdront peut-être ou sans doute la partie, les ploutocrates rentiers de la dette portent des attaques sous forme d’estocades diverses. Réaction à laquelle même des partis et des gouvernements réputés de gauche se prêtent complaisamment et agressivement dans une effusion d’actions ultra libérales. Vous rencontrerez des millions de gens de gauche qui ne reconnaissent plus « leur » gauche, dans ces simulacres du théâtre Kabuki qui cherche à nous divertir des atteintes qui nous sont portées au quotidien. Les guignols grimés de ce théâtre Kabuki qui s’exerce au social s’agitent et édictent des lois liberticides avec des styles très différents, allant de l’insistance fanatique doucereuse aux discours aboyés et aux coups de menton dont certains peuvent croire qu’ils sont des manifestations psychopathiques, dans un climat de « normalité » à mourir de rire, et aussi souvent sous des pluies battantes et sans parapluie qui plus est. Vous reconnaîtrez sans difficulté les individus dépeints ici. Et il faut voir ce que la relève potentielle de tout ce beau monde nous prépare. À prendre peur ! Des chevaux sur le retour qui ont contribué à la ruine de la France, des grosses malignes et malins prêts à tout essayer même le plus dangereux présenté comme remède, des donneurs de leçons qui ont lamentablement failli au cours de décennies d’exercice raté du pouvoir.

L’exemplarité d’Edward Snowden qui a fait cadeau de sa liberté et de sa vie à un retour à la démocratie prouve que l’information non tronquée reste l’espoir de remettre les choses en place. Dans un monde où les medias aux ordres manipulent, mentent, et désinforment, l’information vraie et dépouillée de ses buts viciés de service aux puissants est l’arme la plus puissante et notre raison d’espérer. Car elle refait vibrer nos cordes de liberté désirée et gagne plus de monde à la lucidité. Suivent votes, manifestations citoyennes, et réseaux sociaux pour nommer des politiciens aptes à défendre les idées. Même si des pans entiers de citoyens n’ont pas pris conscience des processus qui nous entravent de plus en plus et des noirs desseins de ceux qui en tirent fortune démesurée et pouvoir absolu, le noyau de ceux qui font bouger les choses gagne en quantité. « Nous partîmes 500 et par un prompt renfort nous nous vîmes 3000 en arrivant au port ». La croissance du nombre des résistants est notre seule force. Le vrai changement ce serait ça et pas la bouillie informe promises par les professionnels de la politique, enfumeurs patentés.

Edward Snowden restera dans l’Histoire, les Hollande, Valls et Valaud-Belkacem ne sont que des accidents malheureux vite oubliés, ainsi que la clique de leurs collaborateurs au gouvernement. Rien de personnel bien sûr, que des mélanges de fanatisme partisan, de cynisme, et d’ambitions personnelles. C’est dans ce contexte que nous sommes embarqués, nous citoyens, et la « relève » est du même tonneau. Pas de quoi trop espérer de ce côté-là. Juppé, Valls et Le Pen préférés des Français pour la Présidentielle ! De Gaulle disait quoi à propos des veaux et des Français ? Il y a des moments où l’on pourrait croire qu’il n’avait pas tout à fait tort, non ?

Source

Publié dans Histoire

Projecteur sur l’ordalie

Si tout comme moi vous avez été interpellé par les ordalies dans Game of Thrones, alors lisez la suite…

L’ordalie, qui tire son origine étymologique d’un terme germanique « urthel » ou « urtheil », signifie jugement de Dieu.

L’ordalie désignait, principalement au Moyen Âge, une procédure judiciaire plutôt étrange. L’autorité judiciaire ne faisait pas appel à des preuves établies, mais à des forces supérieures pour conclure à la culpabilité ou l’innocence d’un suspect.

L’ordalie faisait donc appel à Dieu pour décider si un homme était coupable ou non. Le verdict du Jugement de Dieu servait de procès et était sans appel.

L’origine de l’Ordalie

Ce jugement très spécial était déjà présent dans l’Antiquité babylonienne, égyptienne, grecque et romaine.
Cependant, l’ordalie a surtout été pratiquée du Ve au XIIIe siècle en Occident.

Cette procédure s’est répandue en Occident après les invasions du Ve siècle. On considère qu’il s’agit d’une pratique germanique christianisée sur le tard.
Avant cette période, les origines se perdent et l’on ne sait pas d’où provenait exactement cet arbitrage surnaturel.

On sait par contre que l’ordalie a été légitimée par les autorités séculières dès le VIIe siècle. Elle est alors utilisée à l’encontre des laïques et des clercs devant les tribunaux ecclésiastiques et à partir du XIe siècle devant les tribunaux séculiers.

Jugement de Dieu. Ordalie

Ordalie sous forme d’épreuve du feu (peinture de Ghirlandaio, Florence, église Santa Trinità)

La première mention d’ordalie apparaît dans la loi salique, ou loi des Francs, qui remonte à 510 environ.
Il s’agit de l’épreuve du chaudron, qui consiste à plonger une main dans l’eau bouillante.

Cependant, dès le IXe siècle, quelques évêques se sont élevés contre un principe qu’ils jugeaient superstitieux.
Malgré tout, la papauté a toléré l’ordalie pendant plusieurs siècles.

Qu’est-ce que l’ordalie ?

Cette procédure représente à la fois la preuve, le jugement, l’exécution et l’épreuve. Elle s’oppose à la preuve objective et se substitue à toute rationalité quand aucune preuve ne peut être établie.

On peut définir l’ordalie comme un arbitrage divin. Elle se fonde sur une idée très simple, voire simpliste : la divinité s’exprime à travers les éléments et elle ne peut favoriser un coupable.
Dieu étant supérieur aux hommes, il ne peut se tromper.

A l’époque, on considérait qu’un coupable préférait avouer sa faute plutôt que de subir l’épreuve.

La mort n’était pas toujours la sentence ultime. L’ordalie pouvait être cruelle ou inoffensive. Elle pouvait également être appliquée à un seul individu ou de manière collective, être passive ou active.

Les différentes formes de l’ordalie

Les ordalies les plus inoffensives concernaient  en général plusieurs personnes. L’ordalie de la croix opposait au minimum deux personnes. Chacun devait rester le plus longtemps possible les bras en croix. Le premier qui les baissait démontrait sa culpabilité.

Sous le règne de l’empereur Charlemagne (800-814) et de son fils Louis le Pieux, plusieurs formes d’ordalie se développent dont la plus importante est celle du feu.

Le prévenu saisit avec sa main un fer rouge. Si après le contact avec l’eau ou le métal brûlant, la main présente dans les trois jours qui suivent une belle cicatrisation, c’est que la personne est innocente.
Des plaies indiquent que la personne est coupable.

Duel judiciaire

Duel judiciaire (miniature du XVe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France)

Quelques variantes de cette épreuve existent : marcher sur des socs de charrues chauffés à blanc ou retirer d’un chaudron rempli d’eau bouillante un anneau ou une pierre.

Le jugement par l’eau froide était particulièrement utilisé au Moyen Âge. L’accusé était conduit en barque au milieu d’un plan d’eau ou une rivière puis jeté dans l’eau en étant lesté d’une grosse pierre.
Après un certain temps, on repêchait l’accusé. S’il avait survécu (ce qui n’arrivait jamais), c’est qu’il était innocent.
Le fait de remonter à la surface était considéré comme une preuve de culpabilité. Le fait de surnager prouvait  l’intervention du Diable.
D’une manière ou d’une autre, le suspect était condamné.

On comprend mieux pourquoi certaines personnes, coupables ou innocentes, préféraient avouer  plutôt que de subir ce jugement.

Le duel judiciaire est une autre forme de l’ordalie. Il a été pratiqué par les peuples germaniques dès le VIe siècle et n’a décliné qu’à partir du XIVe siècle.

Ordalie. Jugement de Dieu

Duel judiciaire opposant un homme à un animal (miniature du XIIIe siècle, Paris, bibliothèque de l’Arsenal)

Le duel entre le plaignant et le défenseur est une épreuve bilatérale qui se fonde uniquement sur l’intervention divine.
La mort est toujours la sentence du duel. Parfois, le duel judiciaire oppose un homme à un animal.
Celui qui meurt est tout simplement coupable. Celui qui gagne n’a plus qu’à remercier Dieu de lui avoir donné la victoire.
Parmi les duels très célèbres, citons le duel de Macaire et du chien de Montargis. Ce combat a opposé un assassin et le chien de sa victime et c’est l’animal qui remporta la victoire.

La fin du jugement de Dieu

C’est seulement en 1215 que le IVe concile de Latran interdit d’assortir les ordalies par l’eau et le fer de cérémonies religieuses.
L’Eglise refuse donc officiellement la preuve religieuse. L’ordalie disparut alors de la majorité des Etats d’Europe occidentale.
Mais, elle a ressurgi du XVe au XVIIe siècle pour les cas de sorcellerie.

Le duel judiciaire a perduré beaucoup plus longtemps car c’était un moyen pour la noblesse de démontrer son habileté aux armes.
Le dernier duel de cette sorte s’est officiellement déroulé en 1547.

V.Battaglia (16.10.2007)

Source

Publié dans Société

Affaire Bygmalion – Sarkozy : France 2 trouve un compromis (c’est comme ça qu’on dit)


Michel Field

Bygmalion secoue France Télévisions.  Au coeur de la polémique : une enquête sur cette affaire pour laquelle le parquet de Paris a demandé lundi le renvoi de Nicolas Sarkozy en correctionnelle.  Le document devait être diffusé le 29 septembre dans « Envoyé Spécial » sur France 2. Une programmation qui a provoqué les foudres de l’ancien président de la République.

Selon le « Canard Enchaîné », celui-ci a fait pression pour que cette enquête soit diffusée après la primaire des Républicains, prévue en novembre. Il aurait menacé de boycotter la première de « L’Emission politique », le nouveau rendez-vous de David Pujadas et Léa Salamé, dont il doit être l’invité principal. Après la demande de renvoi en correctionnelle de Sarkozy lundi, Michel Field, le patron de l’information du groupe public avait alors envisagé de diffuser une partie de l’enquête dès ce jeudi. « Pour coller à l’actualité », selon France 2. « Pour éviter de trop fâcher Sarkozy et risquer qu’il annule sa présence à l’ « Emission Politique », selon plusieurs sources en interne. Une décision qui avait créé de grosses tensions avec la rédaction et notamment Elise Lucet, la nouvelle présentatrice d’ « Envoyé Spécial ».
Michel Field a finalement renoncé ce mercredi à son idée d’avancer ce sujet de 26 minutes avec des révélations sur l’affaire Bygmalion, qu’il souhaitait programmer après le journal de 20 Heures de ce jeudi. Selon des informations de « Puremedias », confirmées au « Parisien – Aujourd’hui En France », seul un extrait du sujet sera proposé ce jeudi dans le JT de David Pujadas. Il s’agira de la partie la plus forte  : le témoignage de Franck Attal, le patron d’une filiale de Bygmalion, Event & Cie,  personnage clef, mis en examen dans cette affaire.
Ce compromis ne rassure pas pour autant la rédaction de France 2, la diffusion de l’intégralité du reportage étant remis à plus tard. «Au risque d’être périmé», soupire un journaliste. L’affaire pourrait relancer les tensions déjà importantes entre la rédaction de France 2 et son patron Michel Field, qui avait été désavoué par une motion de défiance mi- avril.

Source

Publié dans Société

Migrants: Calais va élever un mur de 4 mètres de haut le long de la route du port

© photo news.

Les travaux pour la construction d’un mur à Calais, destiné à empêcher les migrants de grimper sur les camions à destination du Royaume-Uni, vont démarrer prochainement, a déclaré mercredi le ministère britannique de l’Intérieur, dont le pays finance le projet.

Le mur de quatre mètres de haut et un kilomètre de long sera construit le long de la route nationale qui conduit au port de Calais, la RN 216.

Financé par le Royaume-Uni
« Nous allons commencer la construction de ce grand mur très bientôt. Nous avons construit des clôtures, désormais nous construisons un mur », a déclaré le secrétaire d’Etat à l’Immigration Robert Goodwill. D’un coût de 2,7 millions d’euros, le mur végétalisé sera financé par le Royaume-Uni et construit par les services français de la Direction interdépartementale des routes (DIR). « Les travaux, qui toucheront la circulation, vont avoir lieu de septembre à décembre », a indiqué mercredi une porte-parole de la DIR du Nord.

Mur « anti-migrants »
Le mur est destiné à empêcher les milliers de migrants originaires d’Afghanistan, d’Irak ou du Soudan qui affluent à Calais pour tenter de traverser la Manche de s’introduire sur la rocade portuaire et de grimper sur les camions en route vers le Royaume-Uni.

Jungle de Calais
Selon les autorités, ils sont aujourd’hui 6.900 dans le camp surnommé la « Jungle », mais des associations évoquent plus de 9.000 réfugiés, dont 900 mineurs isolés. Ils étaient entre 3.500 et 5.000 à la fin du démantèlement de la zone sud du camp en mars.

Démantèlement du camp
La France a annoncé son intention de poursuivre par étapes le démantèlement du camp et d’intensifier les départs volontaires de Calais en créant d’ici la fin de l’année quelque 8.000 places dans diverses structures d’accueil.

Source