Publié dans Musique

Polina Gagarina Lullaby

Publicités
Publié dans Télévision

Pourquoi il faut regarder Big Little Lies, les Desperate Housewives de HBO

Big Little Lies HBO

La nouvelle série de David E. Kelley est aussi malsaine que réjouissante.

Quand Jean-Marc Vallée, le réalisateur canadien de Dallas Buyers Club, dirige Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Shailene Woodley, Laura Dern, Alexander Skarsgård, Adam Scott et Zoë Kravitz, sur un script de David E. Kelley (Ally McBeal, Boston Public), on a le droit d’être excité. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que nos attentes n’ont pas été déçues. Big Little Lies et ses riches mamans de le côte ouest américaine ne manqueront pas de vous scotcher au canapé. Laissez-vous captiver par l’histoire de Jane, jeune mère célibataire ordinaire, qui débarque à Monterey, petite ville huppée de Californie, qui abrite une population aussi riche que cynique…

la suite, c’est par là…

Publié dans Société

Pourquoi les grandes vacances tombent-elles l’été ?

Résultat de recherche d'images pour "vacances"

Contrairement aux idées reçues, les congés scolaires n’ont pas été fixés en fonction des moissons ou des vendanges. Explications de l’historien de l’éducation Claude Lelièvre.

En apparence, la question semble stupide. «C’est parce qu’il fait beau et chaud, pardi !» peut-on dire. Mais c’est en vérité plus complexe que cela… Pour tâcher de trouver une explication un brin plus rationnelle, il faut remonter au XIXsiècle.

La période de la chasse, point clé

A cette époque, les collèges et les lycées publics et privés étaient réservés aux grands privilégiés : les enfants de la bourgeoisie et de l’aristocratie. A la fin de chaque été, ils rejoignaient les résidences secondaires de leurs familles pour participer, non pas aux moissons ou aux vendanges comme c’est souvent mentionné à tort, mais à la chasse à courre. «C’était une activité noble qui, depuis des siècles, se déroulait toujours du 15 août au 1er octobre pendant toute la première moitié du XIXsiècle, précise l’historien de l’éducation Claude Lelièvre. Un moment de sociabilité, autorisé par le pouvoir central, qui servait notamment à nouer des liens entre les familles

Les petites vacances, elles, n’existaient pas encore, hormis à Pâques, la fête religieuse la plus importante où les élèves du secondaire et du primaire avaient six jours de congé. Concernant l’enseignement du premier degré, les vacances s’organisent sur une tout autre logique. A la fin du XIXsiècle, les instituteurs méritants pouvaient avoir jusqu’à quinze jours de congé, et par conséquent leurs élèves aussi. «Les vacances ont été faites pour ceux qui allaient à l’école. La norme, au XIXsiècle, n’était pas que les enfants d’ouvriers et de paysans soient en classe, mais ailleurs, occupés à aider leurs parents», rappelle-t-il.

Une uniformisation progressive du système scolaire

Petit à petit, le système éducatif français se structure à partir de ces dates et s’institutionnalise. Le primaire va s’aligner progressivement sur le secondaire, «plus prestigieux». A l’établissement de la IIIRépublique (1870-1940), les «grandes vacances» du collège et lycée vont débuter de plus en plus tôt dans l’année et durer plus longtemps. En 1912, on passe d’un mois et demi de vacances à deux mois et demi. S’ajouteront pendant l’entre-deux-guerres les vacances de Noël, et quant à celles à Pâques, elles seront rallongées.

Finalement, la réglementation s’instaure définitivement sous le Front populaire grâce aux revendications politiques et syndicales. «Parce qu’on considère alors qu’il est désormais normal d’avoir des vacances et que tout le monde doit en bénéficier», selon Claude Lelièvre. En 1938, après une expérimentation l’année précédente, les grandes vacances, tous niveaux scolaires confondus, s’étalaient du 15 juillet au 30 septembre, avant que les dates se fixent enfin du 1er juillet jusqu’à tout début septembre. Le temps libre devient alors une conquête sociale…

Source: Aurore Coulaud

Publié dans Société

Des aliments à base d’insectes dans les supermarchés suisses

© reuters.

Les premiers produits à base d’insectes destinés à l’alimentation humaine seront disponibles dans les rayons de plusieurs supermarchés dès la semaine prochaine en Suisse, après la révision de la loi sur les denrées alimentaires.

Il s’agit d’un burger aux insectes, fabriqué avec des vers de farine, du riz, des légumes et des épices, ainsi que des boulettes d’insectes, toujours à base de vers de farine.

Ces produits seront disponibles dans les rayons de la chaîne de supermarchés Coop, à partir du 21 août prochain, selon un communiqué publié lundi par Coop.

Selon une porte-parole de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, la Suisse est le premier pays en Europe à avoir autorisé la consommation d’insectes en tant que denrée alimentaire. La loi suisse autorise en effet depuis le 1er mai dernier la consommation humaine de trois espèces d’insectes, soit les grillons, les sauterelles ou criquets migrateurs et les vers de farine.

Ces insectes, à l’origine destinés aux animaux, doivent être issus de la quatrième génération pour être considérés comme comestibles par l’homme, selon la loi suisse. La production locale ne pourra donc être disponible qu’à partir de l’automne prochain.

D’ici là, il reste la solution de l’importation, soumise à des conditions strictes : les insectes doivent provenir d’une entreprise contrôlée par les autorités alimentaires du pays d’exportation et celle-ci doit aussi respecter la législation suisse sur les denrées alimentaires.

Aucune indication n’a été donnée quant aux pays d’origine de ces insectes importés.

Source: Belga

Publié dans Politique

La droite demande à Fillon de rendre le reste de la cagnotte de campagne

© photo news.

Le parti français de droite Les Républicains a lancé dimanche un appel du pied à son candidat malheureux à l’élection présidentielle, François Fillon, pour que son micro-parti lui rende trois millions d’euros non utilisés pendant sa campagne.

« Je pense effectivement que les financements qui ont été liés à la campagne des présidentielles par une primaire qui a été portée par le parti Les Républicains doivent revenir au parti LR », a déclaré le chef de file des députés du parti de droite Christian Jacob, sur la chaîne BFMTV. « Je pense que cela serait sain ».

Plombé par un retentissant scandale d’emplois fictifs présumés accordés à sa famille et payés sur les deniers publics, le candidat conservateur François Fillon a été éliminé au premier tour de la présidentielle, alors qu’il était parti favori de la course au terme d’un quinquennat socialiste très impopulaire.

Il a été inculpé en mars pour « détournement de fonds publics » et « recel d’abus de biens sociaux ».

La campagne présidentielle de l’ex-Premier ministre a été financée par près de 10 millions d’euros de bénéfices issus du vote de la primaire (2 euros par tour) ayant désigné M. Fillon, ainsi que par des dons encaissés par Force Républicaine, le micro-parti fondé par François Fillon.