Publié dans Culture, Non classé

Blog Bardac

Bar_asso

Amis bretons, comment ne point vous conseiller d’aller traîner vos guêtres du côté de Saint-Aubin-du-Comier dans ce bar associatif où la musique, les rêves et l’entraide coulent à flots ? V’la le lien : http://bardac.blogspot.fr/

Et ce dimanche 22 que voilà, spectacle Cinestory…

Kenavo

 

Publicités
Publié dans Culture

Comment planter, replanter ou diviser du muguet pour le 1er mai

C‘est bien connu : le muguet porte chance. En suivant ces conseils vous aurez le plaisir de voir chaque année refleurir le muguet que l’on vous a offert.
https://i2.wp.com/media.gerbeaud.net/2009/muguet.jpg

Le muguet ne demande aucun entretien, il pousse seul à l’ombre du jardin, sans avoir besoin d’être arrosé ou taillé. Mais encore faut-il savoir le planter. En semis, il faudra compter sept à huit ans pour obtenir une première floraison. Alors si vous ne souhaitez pas patienter si longtemps, deux solutions s’offrent à vous : planter des griffes en automne, ou replanter le muguet en pot que l’on vous a offert pour le 1er mai. Petits conseils pour avoir la main verte et du bonheur toute l’année.

Planter des griffes de muguet à l’automne

Le muguet s’achète dans toutes les bonnes jardineries, sous forme de griffes, c’est à dire de rhizomes charnus avec de nombreuses racines plus fines. Vous en trouverez au rayon des bulbes de printemps, dans des sachets remplis de tourbe, pour empêcher leur dessèchement et les préserver de la lumière.

La griffe de muguet se plante à l’automne, de préférence en octobre, hors période de gelées, pour pouvoir pointer le bout de ses clochettes dès mi-avril et être en pleine floraison le 1er mai.

Replanter le muguet en pot que l’on vous a offert pour le 1er mai

Si vous avez envie de voir refleurir ce joli brin de muguet qui sent si bon, que votre cher et tendre vient de vous offrir, quelques réflexes simples lorsqu’il est encore en pot seront suffisants pour garantir sa repousse quand il sera en pleine terre :

  • Penser à arroser votre pot tous les jours, mais très peu. Il ne doit pas rester d’eau dans la coupelle, mais la terre doit toujours être légèrement humide, de façon à faciliter sa reprise au jardin.
  • Attendre la fin totale de la floraison avant de replanter votre muguet en extérieur, tout en ayant pris soin de couper les brins et feuilles fanés.

Conseils pour une bonne pousse du muguet

Que vous plantiez votre muguet à l’automne, sous forme de griffes, ou en mai, déjà fleuri, les conseils de plantation restent les même.

  • Le muguet aime l’ombre des sous-bois. Dans un jardin, il prospèrera dans un coin ombragé, sous un massif d’arbustes, ou au pied d’un mur orienté au nord. Le plein soleil ne lui conviendra pas. Il lui faut de la fraîcheur, et un sol toujours un peu humide en été et riche en humus.
  • Le muguet est capricieux. Si cela fait plusieurs années qu’il refuse de fleurir et ne fait que quelques feuilles, c’est que l’endroit ne lui convient pas. Il ne faut alors pas hésiter à le déterrer pour le changer de place.
  • Quand vous plantez vos rhizomes ou votre muguet en pot pour la première fois, il ne faut pas hésiter à creuser un trou assez profond (de la hauteur du pot), au fond duquel vous aurez mis une bonne poignée de compost.
  • Après plantation, il faut bien tasser la terre avec les deux mains et arroser abondamment.
  • Si vous replantez plusieurs pots, veillez à les espacer d’une dizaine de centimètres, car c’est une fleur très prolifique, qui se démultipliera très vite.
  • Durant le premier été de votre muguet, un arrosage une fois par semaine garantira une meilleure repousse. Mais les années suivantes, tout arrosage est inutile. Le muguet ne nécessite aucun entretien une fois qu’il a pris possession de votre jardin !

Conseils pour diviser votre muguet

Le rhizome du muguet est horizontal, ramifié et rampant. Il permet une propagation rapide de la fleur si les conditions de culture lui conviennent. Comme ses soeurs dotées de rhizomes et non de racines (iris, dahlias, cannas, et pivoines), il peut être divisé et replanté ailleurs. La meilleure saison pour cela restant l’automne.

Cette division, tous les quatre ou cinq ans, permet de lui redonner de la vigueur, et d’assurer une fleuraison plus abondante. Elle sera d’autant plus réussie que les rhizomes prélevés seront épais, et situés en bordure de votre massif de muguet.

Source

Publié dans Culture

Que mangeaient nos ancêtres ?

https://i2.wp.com/cdn2.img.fr.sputniknews.com/images/101537/50/1015375005.jpg

Les archéologues découvrent souvent des restes d’aliments de peuples anciens, qui nous permettent de mieux comprendre comment les gens vivaient sur notre planète par le passé. Voici quelques découvertes qui nous racontent l’histoire de la gastronomie humaine.

Les bretzels de l’époque des Lumières

Dans la ville médiévale allemande de Regensburg, on a récemment découvert deux bretzels vieux de 200 à 300 ans, sur les lieux d’une ancienne boulangerie. Ils ont apparemment gardé leur forme parce qu’ils avaient brûlé dans le four et, donc, été jetés comme des rebuts. Par leur taille, ils ressemblent aux bretzels modernes, mais après quelques siècles ils ont tout de même rétréci de 15 %. Ils ont été placés au musée historique local: les savants sont persuadés que ce sont les bretzels les plus anciens du monde.

Comment les égouts de Pompéi ont aidé à comprendre l’économie de Rome

Pompéi et Herculanum, détruits par l’éruption du Vésuve, ont beaucoup raconté sur le mode de vie et l’art antiques; l’analyse profonde des restes a aidé à reconstruire l’économie de l’Empire romain. Fin 2014, les archéologues ont analysé les restes de nourriture découverts dans les égouts des villes anciennes. Les réservoirs souterrains étant hermétiquement fermés et les objets étant recouverts de poussière volcanique, les morceaux non digérés de nourriture et les déchets organiques étaient bien conservés. Il s’est avéré que les Romains mangeaient surtout du poisson et des crustacés (leurs arêtes et coquillages étaient jetés dans les égouts). Plus rarement, on découvrait des os de porc et des coquilles d’œufs d’oie. Cela a confirmé le fait que le régime alimentaire des Romains aisés était différent du reste de la population. Les archéologues ont aussi découvert des restes de céréales apparemment importées d’Égypte et du Moyen-Orient, ainsi que des épices indiennes.

Dans l’ancienne Europe, on consommait des épicesL’analyse des restes de la nourriture préparée il y a 4 000 à 6 000 ans sur le territoire du Danemark et de l’Allemagne actuels, a permis d’établir qu’à l’époque, les gens produisaient déjà des épices et les ajoutaient à la nourriture. Grâce à l’étude des fossiles d’origine végétale, les archéologues ont constaté que les Européens anciens préparaient une sorte de moutarde à partir d’une plante appelée alliaire. Malgré le petit nombre d’échantillons, les scientifiques croient que les épices étaient spécialement cultivées et ajoutées à la nourriture.

Les Olmèques payaient leurs impôts en viande de chien

Beaucoup de peuples, y compris en Europe, mangeaient du chien.

En Amérique, les Aztèques ont même élevé une race spéciale qu’on servait à table dans des maison aisées. Une véritable industrie de l’élevage de chiens de boucherie a été développée par les Olmèques, un peuple ancien qui vivait sur le territoire du Mexique actuel avant les Mayas, il y a près de 2 500 ans. Les archéologues ont découvert de nombreuses preuves selon lesquelles les Indiens anciens mangeaient des chiens qu’ils élevaient dans des fermes et engraissaient spécialement avec du maïs. Un détail a aidé les savants à reconstruire certains aspects de la structure sociale des Olmèques. Il s’est avéré que loin des grands habitats, on trouvait surtout des têtes et des extrémités de chiens, sur lesquelles il devait y avoir peu de viande. Par contre, dans les ruines des villes, on a déterré des restes de parties charnues de la carcasse. Les savants ont supposé que les paysans élevaient les chiens pour payer une sorte d’impôt aux maîtres du territoire. Ils leur donnaient des carcasses charnues et mangeaient eux-mêmes les restes.

Le premier fromage

À partir des années 1970, les archéologues tentaient de comprendre, à quoi servaient les petits morceaux étranges d’argile troués découverts lors des fouilles en Europe occidentale. Seules les analyses modernes ont permis de comprendre que ces objets bizarres avaient été en contact avec du lait de vache. Les chercheurs ont ainsi compris qu’il s’agissait des premiers tamis pour le fromage qu’on utilisait pour drainer le liquide du produit. On a constaté que ces tamis étaient vieux de près de 700 ans — c’est-à-dire que cette époque peut être considérée comme la date de l’invention du fromage, jusqu’à preuve du contraire. Les archéologues notent que l’invention du fromage fut une étape importante du développement de l’humanité. La protéine nutritive qui se gâtait moins vite que le lait donnait aux gens la quantité nécessaire de cet élément; ainsi, ils devaient moins chasser et plus élever de bétail.

La pierre à la forme énigmatique découverte en Sibérie
© Photo. Artur Presniakov Des mineurs sibériens découvrent une pierre à la forme énigmatique

Comment mangeait-on du chocolat en Amérique ancienne?Des traces de fèves de cacao ont été trouvées lors de fouilles sur le territoire du Mexique actuel. Pendant longtemps, les scientifiques pensaient que les anciens Mayas consommaient du chocolat seulement sous forme de boisson chaude. Cependant, les nouvelles recherches démontrent que la cuisine indienne était plus complexe.
Sur la péninsule du Yucatan, on a découvert des traces de fèves de cacao dans une assiette vieille de près de 2500 ans. Avant, on ne découvrait le chocolat que sur des tasses. Les archéologues supposent que le chocolat était servi sous forme de sauce visqueuse, et c’est sous cette forme qu’il se retrouve dans la cuisine des descendants modernes des Mayas.

Un déjeuner mystérieux de l’Empire romain

L’année dernière, les archéologues belges ont découvert dans les ruines de la ville romaine de Sagalassos, sur le territoire de la Turquie moderne, des restes d’une cantine publique qui avait dû subir une catastrophe quelconque. Beaucoup de salles étaient remplies d’objets laissés par les derniers visiteurs. Les archéologues ont trouvé des cuillers, des récipients en verre et des assiettes en céramique. Les scientifiques ont été étonnés par le fait que plusieurs assiettes avec des restes de nourriture semblaient avoir été accidentellement brisées. Apparemment, les derniers à manger dans cette cantine étaient 12 personnes qui ont dû brusquement quitter la salle en renversant quelques tables et sans ranger la vaisselle. Il est impossible de savoir ce qui a interrompu leur repas, mais les fouilles sont tout de même précieuses pour l’étude du mode de vie et de la gastronomie de l’époque romaine.

Quand l’homme a-t-il commencé à préparer la nourriture sur le feu?

Des fouilles récentes en Afrique du Sud ont repoussé l’époque où les humains ont commencé à cuire leur nourriture. Dans une grotte habitée par les humains et d’autres primates depuis 2 millions d’années (ses derniers habitants étaient une famille d’agriculteurs en 1900), les archéologues ont découvert des traces de feu. D’après les analyses, elles datent d’il y a près d’un million d’années, c’est-à-dire que les humains avaient domestiqué le feu 200 000 ans plus tôt que l’on ne le pensait auparavant. D’autres découvertes dans la grotte étaient encore plus étonnantes. Un des archéologues y a recueilli quelques morceaux de boue qui se sont avérés d’origine organique — des restes d’os brûlés des animaux. Cela a conduit les scientifiques à penser que c’était la plus vieille preuve du traitement thermique de la nourriture.

Les Mayas préparaient leur nourriture à l’aide de billes d’argile

Lors de fouilles au Mexique fin 2010, les archéologues ont fait une découverte bizarre — quelques dizaines de billes d’argile portant des traces de maïs et de fèves. Il s’est avéré que ces billes avaient été cuites plusieurs fois, c’est-à-dire elles servaient d’instrument de préparation de la nourriture. Les scientifiques ont supposé que les billes étaient chauffées et placées directement sur la nourriture pour la réchauffer ou la cuire. Peut-être les mettait-on dans une fosse avec des pierres chaudes ou à leur place, puis on fourrait la nourriture enveloppée dans les feuilles entre les billes et on la laissait cuire. À l’aide de ces billes, on pouvait cuire un repas pendant une heure à un jour.

Pourquoi le poisson déroute-t-il les savants?

Il y a quelques années, les archéologues allemands ont réalisé des fouilles sur un site des peuples primitifs de la culture d’Ertebølle au Nord de l’Allemagne. La vaisselle découverte a été soumise à l’analyse au carbone. Les résultats ont surpris les scientifiques: les tessons avaient été fabriqués en 5 200 avant J.-C. Cela a fait sensation parmi les archéologues, car ces chiffres changeaient l’idée de la vie en Europe à l’âge de pierre. L’auteur de la découverte, Hans Sönke, a immédiatement commencé à douter de l’exactitude des données. Il s’est souvenu d’avoir trouvé ces pots non loin du lit de la rivière. Les restes de nourriture pouvaient venir du poisson. Par conséquent, la datation par le carbone n’était pas exacte. Cette méthode de recherche est basée sur le calcul des atomes désintégrés de carbone 14: moins il reste de carbone, plus l’objet est ancien. Mais l’eau dure contient moins de carbone 14 que l’air, donc, les poissons en reçoivent moins. Par conséquent, la datation par le carbone va toujours montrer que le poisson est plus ancien que les restes d’autres animaux qui ont peuplé la Terre.

Source

Publié dans Culture, Société

Les Marocains veulent la fin du français à l’école

Les Marocains veulent la fin du français à l'écoleLa langue française a de moins en moins la cote chez les Marocains. Vue comme un frein au développement du savoir et de la connaissance, la majorité des Marocains voudraient son remplacement pur et simple dans l’enseignement par la langue anglaise.

Depuis plusieurs mois, chacun va de son mot pour dire tout le mal qu’il pense de la langue française. D’après un sondage réalisé par le site Hespress, près de 86% des interrogés (plus de 40.000 votants tout de même) souhaitent le remplacement de la langue de Molière par la langue de Shakespeare à l’école. Pourquoi un tel désamour de la part des Marocains ? Les sondés lui reprochent ses limites dans l’accès au savoir et aux opportunités économiques, en premier lieu le marché du travail.

Cette position a reçu cette semaine un soutien de poids. Dans une interview publiée cette semaine, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a estimé que la langue anglaise est la langue de la science, de la technologie et du commerce. Il aurait, dit-il, souhaité parler anglais car cela l’aurait beaucoup aidé dans ses déplacements à l’étranger.

Pour la langue française, seuls 14% d’irréductibles considèrent qu’il faut garder le statuquo et laisser cette langue en tant que première langue vivante dans le pays.

Justement, une commission mise en place par le Roi Mohammed VI doit rendre ses conclusions au souverain avant la fin du mois. Parmi les propositions les plus discutées au sein de cette instance, le remplacement du français par l’anglais en tant que première langue.

Mais de là à remplacer le français par l’anglais, il y a un pas que le Maroc aura du mal à franchir. Si cela doit être le cas au Maroc, il faudra plusieurs générations pour finaliser cette réforme. Il est même question de l’intégration de la darija (langue dialectale) dans le système éducatif, mais ça c’est une autre histoire.

Source

Publié dans Culture, Lecture

Y a-t-il eu un instant zéro ?

https://i0.wp.com/www.gallimard-jeunesse.fr/var/storage/images/product/9eb/product_9782070658961_244x0.jpg

D‘où vient l’univers ? Et d’où vient même qu’il y ait un univers ? Aura-t-il une fin ? Pourquoi les humains y sont-ils apparus ? Si ces questions nous obsèdent depuis toujours, celle de l’origine demeure la plus mystérieuse, la plus vertigineuse, d’où la profusion de discours — mythologiques, religieux ou philosophiques — qui tentent d’y répondre. C’est grâce à la science, aux découvertes de Newton, Galilée, Edwin Hubble, Alexandre Friedmann et Georges Lemaître, qu’on peut retracer le grand récit de l’univers, remonter son histoire à 13,7 milliards d’années, jusqu’à cette phase très dense et très chaude qu’on a appelée le big bang. Mais celui-ci n’est pas pour autant, comme on l’a imaginé, cette explosion originelle qui aurait créé tout ce qui existe. Cet instant zéro, peut-on le décrire, le penser, raconter d’où il peut bien provenir ? Et d’où serait venu l’univers d’avant le big bang ? Mystère ! Qu’il y ait eu origine ou pas, on ne part donc jamais de zéro. En parler, c’est parler de quelque chose qui était déjà là. Or, si quelque chose était déjà là, c’est bien qu’on ne parle pas de l’origine de l’univers, mais d’une étape de son histoire. Le début serait-il une question sans fin ?

Ou l’art de vulgarisation technique effectuée par Étienne Klein

Publié dans Culture

Traduction – Ordinary love de U2

La mer veut embrasser la rive d’or
Le rayon du soleil réchauffe ta peau
Toute la beauté qui a été perdue avant
Veut nous retrouver

Je veux me battre contre toi
C’est pour toi que je me bats
La mer jette la roche ensemble
Mais le temps nous laisse que des pierres polies

Nous ne pouvons pas tomber plus profondément
Si nous ne pouvons ressentir de l’amour ordinaire
Nous ne pouvons aller plus haut
Si nous ne pouvons faire avec de l’amour ordinaire

Les oiseaux volent haut dans le ciel d’été
Et reposent sur la brise
Le même vent prendra soin de toi et
Je construirai notre maison dans les arbres

Ton cœur est sur ma manche
L’as-tu mis là avec un marqueur magique
Pendant des années je croirai
Que le monde ne pourrait l’effacer

Parce que nous ne pouvons pas tomber plus profondément
Si nous ne pouvons ressentir un amour ordinaire
Nous ne pouvons aller plus haut
Si nous ne pouvons faire avec de l’amour ordinaire

Sommes-nous assez résistants
Pour l’amour ordinaire

Nous ne pouvons pas tomber plus profondément
Si nous ne pouvons ressentir un amour ordinaire
Nous ne pouvons aller plus haut
Si nous ne pouvons faire avec de l’amour ordinaire

Nous ne pouvons pas tomber profondément
Si nous ne pouvons ressentir un amour ordinaire
Nous ne pouvons aller plus haut
Si nous ne pouvons faire avec de l’amour ordinaire

https://i1.wp.com/www.idee-de-fete.com/wp-content/uploads/2012/11/peace-and-love.jpg

Publié dans Cinéma, Culture

700 films rares et gratuits disponibles ici et maintenant

corneille_cine

C’est un cadeau immense comme seul internet peut nous en offrir. Plus de 700 films rares totalement gratuits, disponibles immédiatement grâce au site OpenCulture qui se bat pour éduquer et donc transmettre le meilleur de la culture totalement gratuite sur le web. On ne peut alors s’empêcher de céder aux sirènes cinématographiques qui sont ici multiples et très sophistiquées.
Les films, courts ou longs métrages, présentés sont pour certains des chef-d’œuvres inoubliables à découvrir ou redécouvrir ou mieux encore, des perles rares comme les premiers court-métrages de réalisateurs comme George Lucas, Wes Anderson, Stanley Kubrick, Jean Cocteau, Andy Warhol, Salvador Dali, Andreï Tarkovski ou encore Christopher Nolan, David Lynch, Tim Burton, David Cronenberg, Sofia Coppola…bref, vous en avez pour tous les goûts.
Histoire de terminer les nuits d’hiver avec bien plus d’émotions contemplatives que ce que peut offrir Netflix ou CanalPlay…

Publié dans Culture

Il réalise des collages surréalistes avec des magazines vintages

Joe Webb est un artiste graphiste qui réalise des collages à l’aide de vieux magazines vintages. Grâce à cette technique, il donne vie à des œuvres originales empreintes de surréalisme. Prendre plusieurs réalités et les faire se rencontrer pour en créer une nouvelle donne beaucoup de cachet à ses réalisations. Si vous ouvrez l’œil et le bon, vous pourrez voir dans quelques-unes de celles-ci une critique acerbe de la société moderne et notamment de la technologie dont l’artiste n’est de son propre aveu pas un grand fan.

Nous vous proposons aujourd’hui de passer en revue quelques-unes de ses superbes créations qui invitent à l’observation et la réflexion.

Né en 1976, l’artiste Anglais a mis de côté la technologie à sa disposition pour revenir à un travail plus authentique. Une paire de ciseaux, quelques vieux magazines vintages, voici les seuls ingrédients dont l’homme a besoin pour laisser libre court à son imagination débordante. Les combinaisons d’images employées donnent lieu à des scènes insolites où le surréalisme est omniprésent, avec une petite touche engagée qui n’est pas pour nous déplaire.

joe-webb-05

PhotoShop ou tout autre support technologique est bien entendu proscrit de son travail. Il pense en effet que l’utilisation d’images vintages et de logiciels de traitement d’images est incompatible et le fait valoir :

« J’ai commencé à faire des collages comme une réaction à mon travail d’artiste graphiste sur ordinateur pendant des années. J’aime la limite des collages. Avec des images et une paire de ciseaux, il n’existe pas d’options Photoshop pour redimensionner, ajuster les couleurs.

Mes collages sont réalisés avec deux ou trois images uniquement, grâce à cette règle de travail je peux réinventer une scène originale en communicant une nouvelle idée.

Je suppose que je suis devenu assez anti-technologie, même si je fais la promotion de mon art à travers le web, que je possède un IPhone et que j’utilise Facebook. C’est déroutant, j’aurais souhaité naitre il y a 100 ans. »

330691_382988665104053_514057622_o

joe webb moniker

the_hand_we_are_dealt

673558-8

off-piste

tumblr_nj0hsuooyU1qjaeb6o1_1280

International-Response

Room-with-a-View

storm-in-a-tea-cup

Thirst-II

04_Joe_Webb_Sleepydays

tumblr_n2c9k8X7O21qjaeb6o1_1280

1122442-8

47ccb55bc1c5b29c9bf3be1256d2c114

atthegallery

SA_Collages_-Joe-Webb_Sickest-Addictions_Sick-Addicts_2014

joe-webb-art-school-small

1115726-8

Joe-Webb_web16

Joe-Webb_web4

Son travail fait aujourd’hui sensation sur la toile avec des centaines de milliers de personnes qui partagent ses images. En plus d’être devenu viral sur internet, Joe a exposé et vendu son travail à travers le monde. Ses images et estampes peuvent être observées à la « Saatchi Gallery » de Londres.

Nous ne pouvons que vous encourager à y faire un tour, et pourquoi pas saisir l’occasion pour observer les superbes sculptures de Kendra Haste ou celles de Philip Jackson ?


Source : http://www.joewebbart.com/

Publié dans Culture, Société

Fuite des cerveaux (suite) :) Franck Ribéry bientôt allemand ?

L’ex-international français songe à prendre la nationalité de son pays de coeur. Surnommé « Kaiser Franck » au Bayern Munich, le joueur affirme être en phase avec « la mentalité allemande ».

Franck Ribéry bientôt allemand?
Franck Ribéry, avec sa famille, et tous les joueurs du Bayern Munich étaient présent pour la dernière journée de la 181e édition de la fête de la bière.
Deutsch ist klasse! Voilà ce que doit se dire le milieu français du Bayern Munich, Franck Ribéry, qui vit en Bavière depuis près de huit ans. L’ex-international français affirme dans un entretien au journal allemand Bild qu’il songe à prendre la nationalité de son pays d’adoption. Il avait renoncé à l’équipe de France cet été.

Devenir allemand « pour l’avenir »

Le joueur affirme au cours de cette interview « imaginer rester à Munich après la fin de [sa] carrière ».

Franck Ribéry, qui fêtera ses 32 ans en avril, assure également: « Je me sens bien en Allemagne », et que si il prend la décision de devenir allemand, il le fera pour sa famille et « pour l’avenir ».

« J’ai acheté une très belle maison, on vit avec une mentalité allemande, j’aime ça », détaille-t-il, selon des propos rapportés dans la langue de Goethe. « Mon fils Saif est né en Allemagne, il peut même un jour jouer pour l’Allemagne ».

« Mes enfants sont bons à l’école, ils ont des amis allemands », poursuit encore l’ancien international. « Ma fille aînée Hiziya se moque toujours de mon allemand, et je rigole avec elle! Je ne l’ai pas appris à l’école mais dans mon quotidien, par les gens », explique-t-il.

Un test à passer

Arrivé à l’été 2007 au Bayern Munich, Franck Ribéry est l’un des joueurs les plus appréciés de la Bundesliga.

En Allemagne, tout citoyen venant d’un autre pays de l’Union européenne peut demander, en plus de sa nationalité d’origine, la nationalité allemande au bout de huit ans de séjour et à condition de réussir un test de langue et un examen de naturalisation, un questionnaire général sur les institutions et le fonctionnement de la démocratie allemande.

Si le joueur français franchit cet obstacle aussi allègrement que les défenses adverses, il pourra alors bénéficier de la double nationalité franco-allemande.

Source