Publié dans Santé, Société

Rennes. Le film sur le scandale du Médiator enthousiasme le public

L'actrice Sidse Babett Knudsen et la réalisatrice  Emmanuelle Bercot ( à droite) ont rencontré le public rennais à l'issue de l'avant-première de la fille de Brest. .

« C’est un film optimiste qui donne envie de se battre avec vous ! ». A l’issue de la projection de la Fille de Brest mardi au Gaumont à Rennes qui raconte le scandale du médicament Médiator, le public est conquis et l’a dit à la réalisatrice Emmanuelle Bercot et son actrice principale, la Danoise Sidse Babett Knudsen.

« Vous avez vraiment choisi la bonne actrice pour jouer le rôle d’Irène Frachon, elle apporte beaucoup d’humour de légèreté à une histoire pourtant horrible. »La pneumologue brestoise avait dénoncé à l’agence de sécurité du médicament (Afssaps) les effets du médiator, un coupe-faim des laboratoires Servier causant des valvulopathies et qui a provoqué plus de 500 morts en France. « Bien sûr je soutiens sa cause, mais un scandale sanitaire ne suffit pas à faire un bon film, explique Emmanuelle Bercot. C’est la personnalité hors norme d’Irène Frachon qui m’a donné le déclic. Elle dit qu’elle n’aurait pas pu mener ce combat sans le soutien de l’équipe du CHU de Brest. Mais l’inverse est vrai également : c’est quelqu’un qui a attiré dans ce combat des gens merveilleux. »

Une vie « bousculée »

« Je ne connaissais pas l’affaire, avoue Sidse Babett Knudsen, connue pour son personnage de Première ministre dans la série danoise Borgen. J’ai rencontré Irène Frachon et j’ai découvert une femme avec une palette d’expressions et d’émotions, dont la volonté est boostée par sa connexion avec ses patients. » On voit comment sa joyeuse vie avec son mari et ses quatre enfants est bousculée par le scandale. Une version clownesque de la lanceuse d’alerte que ne connaissaient pas les spectateurs. « On a forcé le trait, mais la vraie Irène Frachon a cette dualité : un côté très concentré notamment quand elle est interviewée à la télé et les moments où elle fait le guignol avec ses proches. »

Magimel

Le personnage du professeur Le Bihan, joué par Benoît Magimel, docteur en recherche clinique qui épaule la pneumologue et s’engueule avec elle, a été recomposé à partir de plusieurs médecins, dont celui du Docteur Grégory Le Gal. « La scène où il pétoche devant l’Afssaps et quitte la table est une scène de fiction, souligne Emmanuelle Bercot. Dans la réalité l’équipe était très soudée. » La peur lors des passages répétés de la « petite équipe brestoise » méprisée par les éminents experts de l’agence du médicament sourde aux alertes, était cependant bien réelle, de l’aveu d’Irène Frachon elle-même. Le vrai docteur Le Gal a d’ailleurs payé cher son engagement pour la cause des victimes du Médiator, puisqu’il a perdu à l’époque ses crédits de recherche et travaille désormais au Canada.

La fille de Brest. Sortie en salle le 23 novembre.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s