Publié dans France

« Néo-nazi, raciste et… aspartame »: Akhénaton répond à l’Agence Info Libre.

Akhenaton

Akhenaton a répondu (par le biais de son Facebook) à la tribune du 24/04/2015 intitulée « L’école du MYTHO d’argent ». Par souci d’honnêteté, nous publions sa réponse intégralement ci-dessous suivie d’une courte réponse de Greg-Ilan.

LETTRE OUVERTE A DES ESPRITS PLUS TROP OUVERTS

Pour nos vrais fans, merci du soutien depuis ces nombreuses années, car vous ne vous méprenez pas sur nos intentions profondes, vous nous appréciez à travers nos créations, nos prises de positions et comprenez des choix que l’on peut faire en prenant des risques sur un parcours qui dure depuis 30 ans, y compris quand ils se révèlent être des erreurs à postériori.

Pour les pseudo fans et les haineux qui déversent leur fiel sur la toile :

Mon ami(e), je déplore de devoir me justifier à chaque fois que je fais une interview ou un morceau, dans ce pays aujourd’hui, on ne peut plus rien dire, ni faire sans être la cible d’une minorité aigrie mais très active sur le net.

Cela fait quelques temps que des gens nous appellent « diables » ou « illuminatis », notre présence et notre succès actuel a réveillé les vieilles rancœurs chez ces imbéciles qui nous pensaient finis.

Mon ami(e), tu es de la même extraction que nous, mais tu as embrassé des thèses d’extrême droite sur certains sites et idolâtre des gourous néo-nazis, nous avons passé notre adolescence à nous battre contre les skins, il y a donc un abîme qui nous sépare.

Mon ami(e), même si je ne suis pas un obsédé de la publicité, voici les raisons pour lesquelles j’ai accepté de faire la campagne Coca-Cola. D’abord, ils ne m’ont rien imposé artistiquement, j’ai écrit un morceau de 2mn 40 qui est une adaptation d’un titre en anglais existant. Les valeurs défendues dans ce morceau sont les mêmes que j’évoque dans le titre « Je suis en vie » issu de mon album solo sorti il y a 6 mois, la quête intérieure du bonheur, c’est peut-être pour ça d’ailleurs qu’ils m’ont contacté.

Tout cela m’a permis de reverser mon cachet à des associations caritatives (Action contre la faim, la fondation Abbé Pierre, Terre des hommes Valais, et l’association pour les enfants malades de Pascal Olmetta). Dès la première rencontre avec les personnes de Coca-Cola, j’ai évoqué mon profond désaccord avec l’emploi de l’aspartame, ils pourront le confirmer, et je pense qu’ils ont apprécié ma franchise dès la première poignée de main, ils savent manifestement quel genre d’artiste ils ont invité pour faire ce titre. Je pense encore, peut-être un peu trop naïvement, que les artistes justement peuvent faire changer des choses… « Hold-up mental ».

Ce qui est marrant mon ami(e), c’est de recevoir tes critiques postées d’un ordinateur ou d’un Smartphonefabriqué par des ouvriers esclaves chinois, qui donne des cancers du cerveau et qui est farci de lithium, avec de l’électricité issue de l’uranium d’Areva qui dévaste le Niger, avec une clope du géant Philip Morris au bec, et un bon verre de whisky Coca sur le bureau. Tu mets de l’essence dans ta voiture ? Elle provient de toutes les zones de conflits sur terre. Tu fais tes courses au supermarché ? Ils écrasent leurs fournisseurs et certains paient leurs impôts à l’étranger. Tu manges des fruits et légumes ? Ils sont traités au Round up de Monsanto. Tu achètes des disques, tu as un abonnement internet ? Certaines des multinationales qui te fournissent sont aussi des fabricants de missiles. Tu portes des baskets à la mode ? Je ne te fais pas un dessin sur la manière dont elles sont fabriquées. Tu portes des t-shirts ? Ils sont tissés avec la sueur des ghanéens qui se font écraser par le cours du coton.

Je suis aussi dans ton cas, oui, c’est vrai, mais j’essaie d’agir à mon échelle. Je te le dis et le répète pour la millième fois, je ne suis pas un altermondialiste, ni un communiste, je suis pour un capitalisme juste et où le partage se ferait mieux qu’aujourd’hui. Je suis un enfant de cette culture qu’on appelle le Hip Hop, pas un CheGuevara anonyme devant son ordi.

Tu pourras me renvoyer tes messages quand tu vivras dans une grotte isolé(e) du monde et défait de tout ce dont je viens de parler et même plus. Permets moi de te dire que tu en es très loin…

Mon ami(e), tu préfères rester dans les combats d’étiquettes bien français d’après guerre, où les méchants ont un costume de méchant. Depuis 1946, il en est apparu de bien pires, je te l’assure, peut-être même des organisations, des nations et des personnes que tu défends.

Mon ami(e), je ne t’ai pas entendu quand Common a fait une pub pour Sprite, pourtant il a des paroles engagées lui aussi. Pas entendu quand Pharell, Busta Rhymes, Nas, Jay Z, Dj Premier ou Kanye West ont aussi fait des pubs. Les américains ont ils plus de légitimité que les rappeurs français pour faire ces campagnes ? Je suis Hip Hop. Et je suis pour la reconnaissance de cette culture à sa juste valeur, dans ce domaine, je pense avoir plus de légitimité que toi.

 

Depuis 30 ans, elle est dépréciée en France, voilà pourquoi à mon avis, une reconnaissance des « privés »est nécessaire pour monter des salles et des festivals et qu’une vulgarisation dans un lieu comme l’Institut du Monde Arabe est une opportunité pour cette culture. Le radicalisme est bel et bien le miroir de la médiocrité.

Pour être complètement clair, la direction artistique de l’expo m’a été proposée d’abord par Mario Chouery, puis par Aurélie Clemente-Ruiz et Elodie Bouffard, elle ne devait porter QUE sur le Hip Hop et c’est moi-même qui ai suggéré dès la première réunion que le mouvement arabe soit inclus. Ma décision de faire l’expo Hip Hop a été prise en MARS 2013…. Sous une présidence différente !!! Dommage pour l’impact de tes propos racistes et homophobes sur le président actuel, que j’ai croisé 3 fois, mon ami(e).

D’ailleurs, ou sont les mécènes français ou bien pensants sur cette exposition ?? (à part SonoVente). Jamais une expo n’a eu autant de difficultés à trouver des fonds… Pourquoi je ne suis pas surpris ?

Mon ami(e), as-tu fait une lettre ouverte quand,pendant des années, j’ai produit ma musique avec mes deniers perso, souvent à perte, pour me donner un peu de crédit au moins ? Tu étais où ? Quand on bootlegge nos vinyls à des milliers d’exemplaires ou que des plateformes piratent nos albums, les mettent en ligne gratuitement et empochent l’argent de la publicité (souvent celle des multinationales que tu détestes), fais tu une tribune ? Non ! Ah, les pirates sont des rebelles, oui j’oubliais… Cocorico.

 

Mon ami(e), l’ambiance délétère actuelle annihile l’échange, en France, tout est extrême, il n’y a plus de place pour la nuance, nous sommes devenus le temple du manichéisme (et je fais insulte à Mani), et le débat est mort.

C’est le début de la dictature, l’école du facho ambiant.

Mon ami(e), je te le répète, mes intentions sont sincères et je fais tout avec le cœur sans calcul, mêmequand mon image est en danger. Ce qui me blesse, c’est que des personnes qui se proclament fans puissent en douter, influencés par la mauvaise foi de gens qui nous détestent depuis toujours.

Si après ces quelques lignes c’est encore le cas, brisez nos CDs et vous n’avez plus rien à faire dans nos concerts, je ne peux rien y changer.

Mais quelle ironie d’être crucifié pour une pub par des individus qui justifient des actes d’une violence insensée.

Rendez-vous en 2017 avec des gouvernants à la hauteur de notre culture, de notre générosité et de notre traitement de l’information.


AKHENATON

Ps: Il y a quelques semaines, Le Figaro.fr a utilisé un titre « accrocheur » qui ne reflétait en rien mes propos pour résumer une interview que j’avais donné sur Europe 1. Ce qui a eu pour conséquence directe, ces inscriptions sur les murs de chez moi, je n’ai pas porté plainte. Comprends mon ami(e) que je sois un peu à cran quand le virtuel prend une tournure réelle.
Mais pour qui se promène avec une peau de Lion sur le dos, il faudra être un fauve quand les vrais Lions vont venir, ce qui ne saurait tarder.

(Photos ci-dessous)

——–

Paroles du titre « IMMACOLATA » (extrait de l’album ‘Je suis en vie’)

Refrain X2
Les jours écrivent en moi comme une feuille blanche, IMMACULÉE
Mon destin n’a qu’une seule branche, MIRACULÉ
Je ne suis qu’un élève, assis, comprends et rêve
Qui récite la vie du bout de ses lèvres

La vanité m’a appris, qu’un temps je me suis égaré
Quand vicieusement de mon cœur, elle s’est emparée
Puis je l’ai sortie de mes tripes, dans un intervalle douloureux
Malheureusement, des frères en sont encore habités

Paranoïaques, ils prennent tout pour eux, même les petits coups pour rire
Putain d’égo monstrueux, qui en fait des gars tout pourris
On se croit au top, coupe et habits ridicules
Ce n’est pas une montagne, ‘couz’, ce n’est rien qu’un monticule

Alors on revoit les ambitions à la baisse
Faut pas y voir le mal, si jamais les mains retournent à la graisse
Loin des embrouilles de la basse-cour
Le principal est donner, recevoir de l’amour, ainsi

L’amour m’a appris, que tout est fleur fragile
Il meurt et fait place à la peur panique
Peur d’être trahi ou peur d’être seul
Et les draps de l’étreinte deviennent un linceul

La rose est délicate quand on l’enserre ou on l’enferme
En étouffant son paradis, on battit son propre enfer
En fait, c’est se conjuguer au pluriel
Et se donner corps et âmes jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien

L’hypocrisie m’a appris, à être méfiant
Et livrer ma confiance à bon escient
Il n’y a rien à attendre de ceux boivent tes larmes à pleins bols
Et qui te disent Salam avec une main molle

Refrain X2
Les jours écrivent en moi comme une feuille blanche, IMMACULÉE
Mon destin n’a qu’une seule branche, MIRACULÉ
Je ne suis qu’un élève, assis, comprends et rêve
Qui récite la vie du bout de ses lèvres

L’honneur m’a appris, que peu importe la situation
Faut rester droit en toute occasion, même si il n’y a pas d’option d’évasion
Revanche contenue avec une mémoire d’éléphant
Laisser passer le temps et la furie des éléments

Transparent aux yeux des puissants, un Moken
Exhaler un souffle ultime appuyé sur un Bokken
Assis, quand vient l’heure de l’appel
Beaucoup perdent valeurs et aplomb, lorsqu’approchent les ailes de Raphael

Je n’ai rien à vendre à part mes notes
Mes poésies où je dépeins la vie des nôtres
Chez nous, on ne tire pas à la rasbaïl à l’hôpital
On défie le destin par ces putains de nuits de mistral, Libres

La liberté m’a appris que tout se fane
Et qu’on doit se battre pour, c’est un luxe qui se gagne
Maintenant les boîtes où les parents bossaient, délocalisent
Et les députés hypocrites viennent y pousser leurs vocalises

Lancent la chasse aux votants,
Excitent le patriotisme en chantant la marseillaise d’une voix chevrotante
Liberté ? Nan, ce n’est qu’un ersatz
Ce n’est qu’un vaste poulailler, fliqué par la Wehrmacht

Où tout le monde juge ou condamne
Devient le geôlier de l’autre, mon pays se trompe de combat
Sales hypocrites, être libre, c’est : Aimer
Puisse l’honneur nous garder de sombrer dans la vanité

Refrain X2
Les jours écrivent en moi comme une feuille blanche, IMMACULÉE
Mon destin n’a qu’une seule branche, MIRACULÉ
Je ne suis qu’un élève, assis, comprends et rêve
Qui récite la vie du bout de ses lèvres

Auteur : Akhenaton
Compositeur : Akhenaton & Sébastien Damiani
Scratchs By DJ Daz
Editeur : La Cosca

 

 

Cher Philippe,

Je viens de prendre connaissance de ta réponse. Je pense naïvement qu’elle m’est destinée, même si tu ne me cites pas. Faudrait pas faire de publicité à ces néo-nazis de l’Agence Info Libre. Moi contrairement à toi, j’ai la décence de publier ta réponse.

J’aurais pu répondre point par point à tes arguments mais je ne le souhaite pas.

Je ne le souhaite pas car tu commences d’emblée par une Reducto ad Hitlerum.

« Nazis », « fachos », « racistes » et « homophobes », toujours la même réthorique, le même procédé malhonnête.

C’est tellement plus facile de disqualifier la source d’un message contradictoire plutôt que de débattre de ses arguments.  On dit de son usage qu’il apparaît généralement lorsque les adversaires ont épuisé toutes les preuves et tous les arguments rationnels pour se convaincre mutuellement. La suite de ta réponse ne fait qu’illustrer cet état de fait.

Pourrais-tu d’ailleurs m’envoyer (un mail suffira) MES propos racistes et homophobes sur Jack Lang, s’il te plaît, car il semblerait qu’une cécité lourde m’empêche de les retrouver dans ma tribune. D’ailleurs, j’ai pas eu droit à « antisémite ». Tu aurais pû, tant l’évocation de BHL par  exemple provoque chez moi un urticaire purulent (antisémitisme viscéral?)

Et  pour ceux qui douteraient de l’Agence Info Libre, je les invite à  vérifier par eux-mêmes la véracité de ce propos en s’intéressant sérieusement à notre travail.

J’ai décidé aussi de ne pas répondre car finalement tu n’invalides en rien ce que j’ai écrit précédemment : rien sur la cupidité de Coca-Cola (bon ok, ce ne sont pas les seuls!), rien sur l’important soutien de Coca-cola à la cause sioniste, rien à propos de la conséquence du pompage d’eau sur l’environnement et sur les effets de ce pompage sur les populations du tiers-monde. Le seul sujet que tu abordes avec eux, c’est… l’aspartame, et ce, pour leur faire part de ta pseudo-opposition sur le sujet. Une blague j’espère ?

D’ailleurs, sais-tu pourquoi ils t’ont pris toi Philippe? Parce que Coca-cola subit un boycott important dans certains pays (Turquie, Espagne, Inde et… depuis peu la France) justement parce que cette compagnie soutient de manière un peu trop active l’état d’Israël (en plus de tout le reste!). Et que toi, ici en France, tu as l’oreille de cette population pro-palestinienne, conscientisée et souvent musulmane. Point. Tu sais très bien tout cela va ! Tu vas être leur mascotte, leur petite marionnette qui va aller chanter le bonheur à la télévision pendant qu’ils continueront à produire dans des terres colonisées (celles dont tu dénonçais la colonisation dans le titre « J’aurais pu croire » que j’ai déjà cité). Ils espèrent que de te financer (et de financer les associations) attenuera les effets de ce boycott. Preuve que je dis vrai? Il suffit de voir ton mur facebook et les commentaires que tu récoltes, ce lien et de voir les stocks de Coca vendus à vils prix sur le marché de Noailles. Tu n’as décidément pas de face!

J’ai décidé de ne pas répondre enfin car tu conclues ta réponse avec des photos de graffitis racistes sur les murs de ton studio de La Cosca. Comme si c’était moi qui était venu les faire ou comme si je cautionnais cela. Un peu dégueulasse comme procédé, ne trouves-tu pas?

La pauvreté de tes arguments démontre à mes yeux ton considérable embarras et renforce encore ma déception.

Considérons cette conversation close. A ciao!

Ton éternel mais désabusé fan.

Publicités