Publié dans Politique

Vote obligatoire : Hollande l’envisage, les Français l’approuvent

Commandé au lendemain des attentats terroristes qui ont frappé Paris, le rapport a été élaboré par une mission de réflexion composée de membres de tous les groupes de l'Assemblée.
Commandé au lendemain des attentats terroristes qui ont frappé Paris, le rapport a été élaboré par une mission de réflexion composée de membres de tous les groupes de l’Assemblée. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone a proposé mercredi dans un rapport l’instauration du vote obligatoire afin de resserrer le lien civique. La mesure est approuvée par une majorité des Français, d’après un sondage publié jeudi.

Proposée par le président de l’Assemblée nationale, le socialiste Claude Bartolone, dans un rapport commandé par François Hollande sur les moyens de retisser le lien civique, la mesure rencontre un succès encore plus important (67% sont favorables) si elle s’accompagnait d’une reconnaissance du vote blanc, au même titre que les autres suffrages exprimés.

Commandé au lendemain des attentats terroristes qui ont frappé Paris, le rapport a été élaboré par une mission de réflexion composée de membres de tous les groupes de l’Assemblée. Claude Bartolone y rappelle que son groupe parlementaire avait formulé en 2003 une proposition de loi en faveur du vote obligatoire, afin de lutter notamment contre l’abstention, qui a atteint des niveaux records lors des dernières élections.

« Le débat est ouvert » pour Hollande

Lors de son déplacement en Suisse, le président de la République a commenté la mesure, estimant qu’elle « fait partie des sujets que l’on aura à regarder ». Et a ajouté :

 « Le débat reste ouvert. On ne va pas conclure immédiatement en donnant une préférence ou une solution. »

Du côté de l’opposition, l’instauration du vote obligatoire ne rencontre que peu de succès. L’ancien Premier ministre François Fillon a déclaré jeudi 16 avril sur BFM TV-RMC être « totalement contre »,  « insupportable » pour les Français de leur dire « nous, on s’en fout, nos comportements, on ne les changera pas, mais vous, on va vous obliger à aller voter ».

Un point de vue déjà exprimé mercredi lors de l’émission « Questions d’info » LCP-France Info-Le Monde-AFP mercredi par l’élue UMP de Paris Nathalie Kosciusko-Morizet, qui « trouve que c’est une mauvaise réponse à un vrai problème ».

En Europe, trois pays appliquent le vote obligatoire

À ce jour le vote est obligatoire dans plusieurs pays de l’Union européenne mais tous ne sanctionnent pas d’éventuels manquements :

  • Au Luxembourg, une abstention non justifiée peut entraîner une amende de 100 à 250 euros la première fois, puis de 500 à 1.000 euros en cas de récidive dans les cinq années suivantes.
  • En Belgique, malgré les sanctions prévues par le Code électoral, aucun électeur n’a été condamné depuis plus de 10 ans. (En Belgique, le vote est obligatoire depuis 1984.)
  • Même chose en Grèce où les sanctions administratives n’ont plus court et ce malgré une baisse de la participation (63,6% aux législatives de janvier, qui ont vu arriver au pouvoir le parti de gauche radical Syriza).

L. P. avec Reuters

Publicités