Publié dans Diplomatie

La France participera aux provocations militaires en Pologne

La France est sur le point d’envoyer en Pologne un SGTIA, un sous groupement tactique interarmes blindé qui se composera de 15 chars Leclerc (sur un nombre total de 250) et de huit véhicules blindés VBCI, VAB et EBG. Ces forces totalisent environ 300 soldats des 12e régiment de cuirassiers, 16e bataillon de chasseurs et 13e régiment du génie. Cette force quittera la France fin avril pour rejoindre le camp d’entraînement de Drawsko Pomorskie en Pologne où elle participera à des exercices militaires pendant une période de sept semaines. Cette localité se trouve toutefois en Poméranie occidentale loin de la frontière avec la Russie, mais dans une ancienne province allemande. C’est le gouvernement polonais qui a invité la France à envoyer des troupes pour montrer à la Russie la solidarité européenne qui existe « dans le cadre de la crise ukrainienne ». Bien que cette opération se déroule au titre de la coopération militaire franco-polonaise, vieille tradition qui plonge ses racines dans notre histoire militaire commune, il est évident que les soldats français participeront à une opération d’intimidation, relativement onéreuse, alors que la France se trouve dans une crise économique grave qui n’avait pas été observée dans notre pays depuis deux siècles. La France avait déjà envoyé quelques avions l’an dernier et envoie aussi régulièrement des unités de la Marine très loin de nos bases et de nos intérêts stratégiques, en mer Baltique.

Cette participation annoncée fait suite à l’envoi de troupes de nombreux pays à la frontière de la Russie, dans les pays Baltes, en Pologne, en Ukraine. Hier l’Ambassadeur américain dans ce pays annonçait l’arrivée prochaine d’une unité de parachutistes américains, 173 soldats dévolus à la formation des troupes ukrainiennes afin de pouvoir mieux en découdre avec les insurgés du Donbass. Le porte-parole du président Porochenko, Sviatoslav Tsegolko annonçait également le renforcement et la formation de la Garde nationale ukrainienne par les Américains, reconnus évidemment dans leur savoir-faire à ce niveau. La Garde nationale américaine existe de manière continue depuis 1903, c’est une force de réserve de l’Armée américaine qui est régulièrement engagée dans des opérations de guerre, de maintien de l’ordre ou d’urgence. La France ne possède plus de Garde nationale, depuis les événements tragiques de la Commune de Paris où les Mobiles et Gardes nationaux furent une des grandes composantes des armées françaises face à la Prusse et aux insurgés de la Commune (et dans les forces communardes elles-mêmes). Durant toute l’histoire de la Révolution française et du XIXe siècle, la Garde nationale fut employée à faire, ou à réprimer les révolutions qui agitèrent notre pays, elle fut finalement dissoute.

Les Etats-Unis par contre soignent leur Garde nationale, comprenant un effectif d’environ 350 000 hommes, une véritable armée, qui comprend d’ailleurs de l’infanterie, des blindés, de l’artillerie et même des avions. C’est une armée permanente, vivier de soldats où les Américains piochent sans cesse pour alimenter les invasions. C’est le cas par exemple de celle de l’Irak, la moitié des soldats envoyés au Moyen Orient étant en 2005 des réservistes de la Garde nationale. Elle permet de maintenir un esprit de corps et militaire parmi des milliers d’Américains, pouvant dès lors être utilisé lors d’opérations de guerre. La Garde nationale est une sorte de camp militaire permanent, de formation et d’embrigadement. L’Ukraine qui possède une Garde nationale qui s’est montrée déficiente dans les combats et les massacres de civils dans l’Est du pays, a donc bien besoin de l’aide « désintéressée » de la puissante Amérique pour prendre quelques leçons. Les Etats-Unis communiquent beaucoup sur leur Garde nationale, surtout pour montrer son rôle dans les catastrophes naturelles. Les moyens en matériel et en armes de cette institution sont colossaux. Une telle armée de réserve, c’est-à-dire qu’il faut encore comprendre l’armée d’active, est deux fois supérieur en nombre à toutes les forces françaises réunis de toutes les armes… Nous comprenons mieux pourquoi, la Garde nationale, épine dorsale de l’Armée américaine intéresse fortement les Ukrainiens. En plus d’une force militaire opérationnelle, elle est aussi un instrument de police et de protection d’un régime politique, contre un ennemi extérieur ou plus sûrement contre son propre peuple.

Laurent Brayard

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :