Publié dans Economie

La Halle-André : 2000 postes menacés, décision ce mardi

ILLUSTRATION. Les salariés de La Halle et d'André craignent un plan impressionnant de fermetures de magasins et de nombreuses suppressions de postes à la clé.
Les salariés de La Halle et d’André craignent un plan impressionnant de fermetures de magasins et de nombreuses suppressions de postes à la clé.

Sale temps pour les deux enseignes La Halle et André, du groupe Vivarte (qui détient également entre autres La Halle aux chaussures, Minelli, Naf Naf, Chevignon, Caroll…). Deux réunions extraordinaires de comités centraux d’entreprise sur la stratégie des deux enseignes se tiennent ce mardi à partir de 10 heures au siège à Paris.

Elles pourraient déboucher sur l’annonce d’une vaste restructuration.
Selon Le Figaro, les salariés craignent un plan impressionnant de fermetures de magasins, avec de nombreuses suppressions de postes à la clé. L’une des causes de cet échec serait la stratégie de montée en gamme des deux enseignes, qui n’aurait pas séduit de nouveaux clients et fait fuir les anciens.

Pour La Halle, les représentants du personnel craignent la fermeture de 200 à 250 des 600 magasins, et la suppression de 1900 postes, pour la plupart des temps partiels, détaille Le Figaro. Chez André, 40 à 50 boutiques sur 160 pourraient être fermées, et 200 à 250 postes supprimés.

«Fleuron français de la distribution de vêtements et chausseurs, Vivarte, fragilisé par un endettement abyssal et le retournement de ses marchés depuis 2008, est détenu depuis la fin de l’été par ses créanciers, à commencer par les fonds Oaktree, Alcentra, Basbson et Golden Tree. Ces derniers ont nommé fin août un nouveau patron, Richard Simonin, qu’ils ont chargé de remettre le groupe d’équerre», explique le Figaro.

Source

Publicités