Publié dans Société

Retard de paiement pour 10 000 retraités : que fait Marisol Touraine ?

Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé.

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a jugé hier mardi « pas acceptable » le retard de paiement des pensions des nouveaux retraités de Nord-Picardie et Languedoc-Roussillon, en dépit de mesures prises fin 2014, et lance une mission urgente pour mettre fin à cette situation.

Un sparadrap sur une jambe de bois

Pour résorber ces retards, Marisol Touraine avait décidé, le 18 décembre dernier, de mettre en œuvre des « mesures exceptionnelles » comprenant l’attribution à chaque retraité privé de ressources d’une aide exceptionnelle de 800 euros et le traitement prioritaire des dossiers en retard grâce au renforcement et à la réaffectation des moyens des Caisses d’assurance retraite (CARSAT) concernées. La belle affaire que ces mesures prises, comme toujours avec ce gouvernement, plus pour la presse que pour l’efficacité.

Aujourd’hui, le stock de dossiers en retard de plus d’un mois dans les CARSAT de Nord-Picardie et Languedoc Roussillon est passé royalement passé de 12.000 à 10.000 et seulement un petit moins de 2.000 personnes ont reçu la fameuse aide de 800 euros.

Vous êtes sauvés, Touraine nomme une commission

marisol touraine rené le honzecLa ministre a décidé, hier de confier à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) une « mission de contrôle urgente » (sic)  sur ces retards de paiement, dont les premiers résultats devront lui être remis sous quinze jours.  Cette mission est « chargée d’examiner l’efficacité des mesures prises pour un retour rapide à la normale, de proposer des solutions complémentaires pour mettre un terme à cette situation et de formuler des préconisations pour éviter qu’elle ne se reproduise ». Mme Touraine recevra par ailleurs mercredi le directeur de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) afin qu’il « mobilise toutes ses ressources pour résorber cette situation dans les plus brefs délais ». Bref, du grand n’importe quoi, de l’agitation et aucune mesure ni décision, comme d’habitude.

Est-ce si compliqué ?

La situation est officiellement due au profil particulier des régions de Nord-Picardie et du Languedoc-Roussillon où un nombre significatif d’assurés dépose des demandes de départ à la retraite au titre des carrières longues pour partir dès 60 ans. Si c’est véritablement le cas et puisque l’État aime baisser artificiellement les chiffres du chômage avec des « emplois aidés », pourquoi ne prend-il pas à sa charge 200 des 9 millions de chômeurs officiels pour les mettre à disposition pendant deux mois des CARSAT concernées ? Deux semaines de formation et en quatre ou cinq semaines d’activité le problème serait réglé… Trop simple ? Oui, à moins que le fond du problème ne soit pas tout à fait là où on nous le dit….

Même cette sénatrice communiste explique que la gestion se fait n’importe comment depuis que l’État s’en occupe… On aura tout entendu !

Source

Publicités