Publié dans Société

Circulation alternée à Paris : une grande opération de racket légal

Circulation alternée à Paris : une grande opération de racket légal

Aujourd’hui, lundi 23 mars 2015, depuis 5h30 du matin, une circulation alternée des voitures selon leur numéro d’immatriculation a pris effet dans Paris et 22 communes des alentours.

Les véhicules dont le numéro est pair n’ont pas le droit de circuler dans Paris et les villes suivantes :

  • Hauts-de-Seine (92) : Montrouge, Malakoff, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret et Clichy
  • Seine-Saint-Denis (93) : Saint-Ouen, Pantin, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Aubervilliers et Saint-Denis
  • Val-de-Marne (94) : Vincennes, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont, Ivry-sur­ Seine, Le Kremlin-Bicêtre et Gentilly

La vitesse est réduite de 20 km/h dans les zones concernées, les places pour les voitures et les transports en communs sont gratuits et vous risquez 22 euros d’amende si vous ne jouez pas le jeu. Bien évidemment, vous êtes grandement encouragés à vous démerder comme vous le pouvez en organisant du covoiturage avec ceux de vos semblables dans la même galère que vous.

L’opération nous est vendue comme étant une action de lutte contre la pollution, plus exactement « pour tenter de réduire le pic de pollution qui traverse l’Ile-de-France ». Évidemment, cette mesure ne servira absolument à rien ! Car c’est bel un bien une volonté de changement sur le long terme de nos habitudes et de nos façons de fonctionner qui sera la seule solution convenable et utile.

Sans parler des forces de police qui seront mobilisées et déployées à une centaine de points de contrôle pour coller du PV, comme s’ils n’avaient que ça à faire.

En bref, la seule raison valable qui semble avoir motivée cette décision de la dictature socialiste, c’est bien de taper au porte-monnaie tous ceux qui rouleront sans en avoir le droit !

Certains médias parlent d’une perte d’au moins 2,5 millions prévues ce lundi pour la RATP, ce qui sera pris en charge par l’État, enfin, par nous et nos impôts. N’oublions pas que la RATP est détenue à 100 % par l’État français, donc ils ne font que se payer eux-mêmes. L’argent reste dans le même pantalon mais change juste de poche.

Une grande opération de racket légal !

Publicités