Publié dans Economie

Les sous-traitants de Pôle emploi gagnent 143 millions d’euros… et certains signent à la place des chômeurs

Trop de chômeurs à gérer ? Depuis 2009, Pôle emploi, débordé, a sous-traité l’accompagnement de dizaines de milliers de chômeurs. Un business lucratif : selon les chiffres publiés l’année dernière par Le Canard enchaîné, ces prestations sous-traitées représentaient un marché de 186 millions d’euros en 2012 et 145 millions en 2013.

145 millions d’euros pour aider les chômeurs ? Vu la facture, on pourrait penser que ces sous-traitants sont plus efficaces que Pôle emploi. Eh bien non. Car « les boîtes cassent les prix pour remporter les marchés. Et la qualité du suivi est à pleurer », assure l’hebdomadaire. Dans un rapport de juillet 2014, la Cour des comptes avait épinglé le travail de ces sous-traitants qui assurent, au mieux, un suivi low-cost. Dans le pire des cas, ce sont de pures arnaques.

Faux contrats, fausses signatures

En juillet 2014, le PDG de l’un de ses sous-traitants avait été démis de ses fonctions par le tribunal de Commerce de Nantes en raison des nombreuses irrégularités constatées au sein de sa société, notamment à propos des « contrats d’autonomie », des contrats pour aider des jeunes de banlieue à trouver un emploi. Le sous-traitant gérait 7 700 jeunes et touchait un bonus à chaque fois qu’un jeune trouvait un emploi. Problème : « en épluchant les dossiers en Seine-Saint-Denis, l’Igas (inspection générale des affaires sociales), a trouvé 57% d’anomalies, explique Le Canard. Terme poli pour désigner faux contrats de travail et fausses attestations d’employeur ». Au total, la fraude est estimée à 13 millions d’euros.

En 2012, un autre-sous traitant avait déjà été épinglé : « il signait les feuilles d’émargement à la place des chômeurs, sans les rencontrer. Ou remplaçait des entretiens individuels par des entretiens collectifs », explique Le Canard. « Certains [conseillers] étaient maçons ou esthéticiennes. Même nos secrétaires, sans aucune formation, ont joué les conseillères devant les chômeurs », assure un salarié contacté par l’hebdomadaire. Objectif de ces pratiques : simuler des entretiens et des faux suivis de chômeurs afin d’être rémunéré par Pôle emploi. Autant dire que les chômeurs ne sont pas prêts de retrouver un emploi…

Source : Isabelle Baré, « Prends l’oseille de Pôle emploi et tire-toi », Le Canard enchaîné, août 2014

Prends l'oseille et tire-toi

Publicités