Publié dans Economie

Livrets vidés: d’autres Charentais victimes

 

Un nouveau témoignage est parvenu à CL. Il s’agit de Jean-Pierre, 66 ans, dont le livret a été vidé et fermé le 9 décembre dernier. Toujours avec le même motif officiel: « clôture pour motif réglementaire », toujours sans avertissement préalable. « J’ai téléphoné deux fois au centre financier à Bordeaux, j’ai envoyé un courrier, téléphoné trois fois au 3631. Pas de remboursement possible à un guichet de la Poste. Le 30 Janvier 2015, j’ai obtenu le numéro de téléphone d’un conseiller financier. Il m’a reçu le 4 Février et j’ai pu demandé le remboursement du montant de mon livret. J’ai signé un document, mais je n’ai reçu aucune copie. Je ne peux rien prouver. Malgré mon insistance, je n’ai rien obtenu. Quant aux mails adressés aux associations de consommateurs fin janvier, ils sont restés sans réponse », raconte Jean-Pierre. Il songe à contacter le médiateur de la Banque Postale. Il aimerait aussi connaître le nombre de détenteurs de livret A concernés et les montants concernés.

____________________________________________________________

Le 30 janvier, Charente Libre consacrait un article à la mésaventure subie par un retraité de Merpins.

Fin décembre, il a découvert avec stupeur que la Banque postale avait clos, sans le prévenir, son livret A sur lequel se trouvaient 10.000 euros d’économies.

La banque a considéré que son titulaire l’avait abandonné ou était mort. Plusieurs autres clients ont eu la même surprise.

Un lecteur de CL, Jean-Jacques Chabert, a tenu à réagir:

« Un de mes fils a été victime de la même indélicatesse. Détenteur d’un livret depuis sa naissance, ce livret n’avait pour seuls mouvements que la réception de menus intérêts chaque année. Or en guise de cadeau de fin d’année 2014, La Banque postale a dégainé son “Retrait intégral du 17/12 – clôture pour motif réglementaire”.

Aucun courrier n’est parvenu depuis le précédent “Relevé de votre livret A – n° 1” édité le 27 janvier 2014. Aux appels téléphoniques de mon fils à une plate-forme bordelaise embouteillée, il a été répondu qu’il fallait entreprendre des démarches pour ouvrir un nouveau livret!

Pour avoir exercé plus d’un quart de siècle une activité au sein du Crédit mutuel, je me permets d’envisager d’autres motifs beaucoup plus discrets et sournois.

Jusqu’aux années 1980, les dispositifs législatifs et réglementaires permettaient à toute personne de pouvoir disposer de deux livrets A. Aujourd’hui, il y a interdiction d’ouvrir de nouveaux livrets A pour les personnes déjà détentrices d’un livret A dans un établissement financier.

Sans obligation pour les personnes détentrices antérieurement de deux livrets A au Crédit mutuel et à La Poste par exemple d’avoir à procéder à la clôture de l’un deux.

N’y aurait-il pas une manoeuvre subreptice de la part de la Banque postale téléguidée depuis Bercy: mettre fin au privilège exorbitant des détenteurs de deux livrets A qui prive les finances publiques des impôts dus sur les quelque 1% d’intérêts versés sur le second livret A? Injecter dans les circuits économiques les avoirs détenus sur le second livret A de ces détenteurs? »

Publicités