Publié dans Médecine

Ravintsara : la star des huiles essentielles antivirales

Le ravintsara, d’origine asiatique, bien qu’implanté tardivement à Madagascar, a développé sur ce sol des qualités tout à fait particulières. L’huile essentielle que l’on extrait de l’arbre malgache pourrait bientôt être l’une des plantes phares, en médecine naturelle, employées dans la lutte contre les affections virales.

https://i0.wp.com/www.soinsdetoi.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/ravintsara-huile-essentielle-bio.jpg

L’île de Madagascar est parfois surnommée «le septième continent» tant on trouve sur son sol d’espèces végétales endémiques. C’est au milieu du XIXe siècle qu’on y a introduit le ravintsara (Cinnamomum camphora), un arbre d’origine asiatique dont l’usage n’était, dans les premiers temps, qu’ornemental. Cet arbre de la famille des lauracées a sans doute trouvé à Madagascar une terre d’accueil particulièrement hospitalière puisqu’il y a développé des qualités spécifiques, introuvables ailleurs.

  • À Madagascar, le ravintsara a changé de nature

L’arbre asiatique a-t-il opéré un croisement avec un autre arbre de la même famille, le Ravensara aromatica sonnera, autrement appelé le ravensare et installé, lui, depuis toujours dans l’île ? Toujours est-il que, partout dans le monde, le Cinnamomum camphora contient une concentration importante de camphre (les arbres du Japon en contiennent 50 %) et que, sur le terroir malgache, il a perdu cette caractéristique. C’est cette adaptation singulière qui a intrigué les chercheurs.

  • Un puissant antiviral

Au terme des études menées très récemment, il apparaît que l’huile essentielle de ravintsara est probablement l’un des plus puissants antiviraux naturels connus. Cette conclusion a d’abord été confirmée par les travaux de Jassim et Naji, en 2003, qui ont démontré son action à la fois sur l’inhibition de la formation des acides nucléiques viraux (ADN et ARN) ainsi que sur l’inhibition de la réplication virale. L’année suivante Wang, Wei et Liu ont tiré des conclusions identiques mais ont également constaté que la superoxyde dismutase du ravintsara protège la cellule du stress oxydatif. Son activité antivirale est donc doublée d’un renforcement des défenses immunitaires.

Quant à son action anti-inflammatoire et antioxydante, elle vient d’être confirmée par une étude de 2006 de Lee, Hyun et Kim qui démontre que le 1-8 cinéole (le ravintsara en contient 70 %) permet d’inhiber les médiateurs de l’inflammation.
Enfin, l’huile essentielle a des qualités antiseptiques et s’est révélée aussi un excellent relaxant physique et psychique, lequel s’explique par son contenu en terpènes (l’alpha-terpinéol) actifs au niveau du système nerveux central.
Ce bijou de l’aromathérapie, malgré la demande croissante due à la montée en puissance des maladies virales, est encore, malgré tout, disponible à un prix accessible. Mais, en raison de la pauvreté qui règne dans l’île, il est préférable de s’assurer que les plantes choisies pour la confection de l’huile essentielle ont été parfaitement sélectionnées, aussi bien sur le plan botanique que sur le plan physico-chimique. Le label Ecocert, obtenu par les huiles essentielles que nous vous recommandons ici, permet de s’assurer de leur qualité et de leur origine malgache.

  • Au choix : en interne ou en externe

On peut employer l’HE de ravintsara par voie interne : 2 gouttes sur un sucre. Trois fois par jour en traitement d’attaque ou une fois par jour en préventif (pour une cure de 21 jours). Par voie externe, l’huile essentielle sera employée en massage (2 gouttes dans une demi-cuillère à café d’huile végétale), en inhalation, en diffusion, dans un bain ou simplement en respirant le flacon.
Contre-indications : femmes enceintes et allaitantes, enfants de moins de trois ans, antécédents d’ulcères.

Deux arbres, trois huiles essentielles

Il existe depuis longtemps une confusion entre deux plantes de la famille des lauracées produisant trois huiles essentielles (ravintsara, ravensara aromatica et ravensara anisata).

  • L’HE de ravintsara est obtenue à partir des feuilles du Cinnamomum camphora de Madagascar. Elle a une odeur de camphre.
  • L’HE de ravensara est extraite de la feuille du ravensare, plante endémique de Madagascar communément appelée havozo, « arbre qui sent ». Son odeur est légèrement anisée, poivrée.
  • L’HE de Ravensara anisata provient de l’écorce du havozo et se distingue par une nette odeur anisée.

En cas de grippe

L’HE de ravintsara est un remède parfait pour lutter contre le virus de la grippe. Soit en prévention, soit en traitement de choc.

Pour améliorer son action anti-virale, on peut la mélanger avec d’autres huiles essentielles.

Publicités