Publié dans Non classé

Cognac : un distributeur de billet généreux attire la foule

Un distributeur de la Banque postale s'est montré généreux dans la nuit de vendredi à samedi.

A Cognac (Charente), une cinquantaine de personnes a pris d’assaut un distributeur automatique de la Banque postale qui fournissait des billets de 20 euros au lieu de 10.

La nouvelle n’a pas tardé à se répandre. A Cognac (Charente), place Bayard, des habitants ont pu retirer, entre vendredi 19 heures et samedi 7 heures, des billets de 20 euros, pour une demande de retrait de 10 euros. De fait, une «hallucinante ruée sur le distributeur de billets» s’est produite devant le bureau de poste principal de la ville, raconte La Charente Libre.

«Je n’ai pu le faire que deux fois», confie au journal local un jeune homme qui a profité de l’aubaine. Et pour cause, une foule s’est rapidement massée devant le distributeur de la Poste et a commencé à former une file d’attente dans un climat échauffé. «’Chacun son tour’, ‘maintenant tu dégages’», rapporte avoir entendu le même témoin. «A la louche, il y avait à une heure du matin entre quarante et cinquante personnes en même temps à la queue leu-leu devant le distributeur», ajoute un autre Cognaçais présent au moment des faits, qui précise: «On était comme des gamins à qui on aurait permis de rentrer dans un magasin de jouets et à qui on aurait dit ‘servez-vous’».

L’attachée de presse de la Poste, Hélène Desbois, qui confirme à La Charente Libre un «dysfonctionnement» de ce distributeur, n’était toutefois pas en mesure d’éclaircir la situation lundi, même si la piste d’une erreur de réapprovisionnement de la machine, entre le compartiment des billets de 20 euros et de 10 euros, demeure l’hypothèse la plus probable. Ce défaut de fonctionnement laisse aussi penser que «si la machine était déréglée, il n’est pas impossible aussi que certains aient obtenu des billets de dix alors qu’ils demandaient des billets de vingt», a-t-elle ajouté. Autre hypothèse évoquée: une «erreur de réglage» de la machine.

La Poste, qui invoque le «secret bancaire», a classé «information confidentielle» le nombre exact d’opérations de retrait qui ont été effectuées durant la nuit. Mais, compte tenu du fait que le distributeur automatique peut certifier le type de billet qui a été délivré à chaque opération, la direction a d’ores et déjà annoncé que les quelques personnes qui ont bénéficié, ou été victimes, de la faille verraient leur compte en banque «régularisé».

Publicités